Environnement

Recosanté : une lettre d'information sur la qualité de l'air et les risques liés aux pollens

Vous êtes sensible à la pollution de l'air ? Vous êtes allergique aux pollens ? Vous pouvez vous inscrire à « Recosanté », une lettre d'information numérique. Chaque jour, vous recevez une recommandation pour vous aider à réduire les impacts des polluants atmosphériques et des pollens sur votre santé. Vous êtes informé quotidiennement de la qualité de l'air et du risque d'allergie aux pollens dans votre localité.

Qu'est-ce que Recosanté ?

Recosanté est un service public numérique mis en place par le ministère des Solidarités et de la Santé et le ministère de la Transition écologique, en partenariat avec la Direction interministérielle du numérique dans le cadre du programme beta.gouv.fr.

Ce service est destiné à évoluer de façon continue en fonction des retours des utilisateurs.

Les recommandations sont issues de sources fiables et officielles telles que le ministère des Solidarités et de la Santé, l'Ademe, l'Observatoire de la qualité de l'air intérieur, le Réseau National de Surveillance Aérobiologique, Santé respiratoire France, etc.

Comment s'inscrire ?

Pour recevoir chaque jour par courriel les indicateurs environnementaux (qualité de l'air, épisodes de pollution et risque pollinique) de votre localité et une recommandation pour vous aider à vous protéger des risques liés aux polluants atmosphériques et aux pollens, allez sur le site a title="Recosanté - recosante.beta.gouv.fr - Nouvelle fenêtre" " " " " ">"ecosanté , renseignez votre email et votre commune.

Vous pouvez également choisir de recevoir des informations destinées aux personnes vulnérables ou sensibles à la qualité de l'air et aux personnes allergiques aux pollens.

Les données collectées lors de l'inscription sont utilisées exclusivement pour envoyer les recommandations.

  A savoir : Le programme beta.gouv aide les administrations publiques à construire des services numériques utiles, simples, faciles à utiliser et qui répondent vraiment aux besoins des usagers. Le développement du service numérique est guidé par les retours de ses utilisateurs et non par les besoins de l'administration qui le porte.

2 ans de sécheresse en Hérault !

 

L’Hérault fait partie des départements les plus touchés par la sécheresse en France. Découvrez pourquoi, et comment agir avec nous toute l’année !

En Hérault, 95% de l’eau potable vient des nappes souterraines.

Comme il ne pleut pas assez, les nappes souterraines ne se remplissent pas suffisamment. L’Hérault est ainsi en sécheresse depuis 2 ans.

Notre beau département manquant d’eau, il est essentiel de préserver nos ressources, et ce pas seulement l’été, mais toute l’année !

Affiche 2024 campagne de sensibilisation
Affiche 2024 campagne de sensibilisation

« Face à ce défi, le Département de l’Hérault est aux côtés des citoyens, avec des actions concrètes partout sur le territoire. »

Kléber MESQUIDA, Président du Département de l’Hérault

D’où vient l’eau du robinet ? Pourquoi est-on en sécheresse ? Pourquoi la pluie n’est-elle pas toujours suffisante ? …

Nos experts répondent aux 9 questions les plus courantes sur l’eau et la sécheresse dans notre département.

FOIRE AUX QUESTIONS

Comment économiser l’eau ?

Votre Département s’engage sur tous les fronts et sans relâche depuis des années pour préserver la ressource en eau.

Forts de ces années d’expérience, nous vous partageons 5 astuces faciles à mettre en place chez vous pour économiser l’eau !

Comment économiser l'eau
Comment économiser l'eau
  • Chasser les fuites d’eau, je relève mon compteur avant d’aller dormir, s’il a augmenté, c’est qu'il y a une fuite.
  • Réutiliser l’eau, j’installe une bassine dans l’évier.
  • Se laver moins longtemps, je coupe l’eau pendant le savonnage.
  • Arroser le matin ou le soir, je privilégie des essences locales.
  • Rester informé, je m’abonne à l’alerte mail de vigieau.

Découvrez les écogestes à appliquer à la maison !

Participez à nos animations autour de la thématique de l'eau!
Agenda des animations

 Comment agit votre Département ?

  • Nous cherchons de nouvelles ressources en eau et protégeons celles qui existent. L’Hérault est le seul département de France à avoir un service qui évalue et surveille le niveau des nappes souterraines.
  • Nous gérons des barrages (le barrage du Salagou à Clermont l’Hérault et le barrage des Olivettes à Vailhan), qui répondent à différents besoins :agriculture, réduction des inondations, tourisme, apport d’eau dans les rivières en période de sécheresse.
  • Nous accompagnons les différents acteurs du territoire. Nous aidons les communes à chercher de l’eau, à gérer leur service d’eau potable et d’assainissement et les risques inondation. Nous accompagnons les professionnels du tourisme et les agriculteurs dans leur transformation vers des pratiques économes en eau.
  • Nous aidons à protéger et renaturer les zones humides et les cours d’eau. Les zones humides sont des lieux de rencontre entre l’eau et la terre. Elles fournissent de l’eau aux nappes souterraines et filtrent les polluants. C’est pourquoi le Département agit avec ses partenaires pour préserver ces milieux si utiles et menacés.
  • Nous menons des programmes innovants pour économiser l’eau : de la télérelève pour prévenir les fuites, de la récupération d’eau de pluie sur nos bâtiments pour des usages ne nécessitant pas de l’eau potable comme les WC de la maison départementale des sports par exemple.

Pour en savoir +, découvrez le dossier spécial "Préservons l'eau" dans votre magazine Mon Hérault - édition mars-avril à retrouver ci-dessous !

Recosanté : une lettre d'information sur la qualité de l'air et les risques liés aux pollens

Vous êtes sensible à la pollution de l'air ? Vous êtes allergique aux pollens ? Vous pouvez vous inscrire à « Recosanté », une lettre d'information numérique. Chaque jour, vous recevez une recommandation pour vous aider à réduire les impacts des polluants atmosphériques et des pollens sur votre santé. Vous êtes informé quotidiennement de la qualité de l'air et du risque d'allergie aux pollens dans votre localité.

Qu'est-ce que Recosanté ?

Recosanté est un service public numérique mis en place par le ministère des Solidarités et de la Santé et le ministère de la Transition écologique, en partenariat avec la Direction interministérielle du numérique dans le cadre du programme beta.gouv.fr.

Ce service est destiné à évoluer de façon continue en fonction des retours des utilisateurs.

Les recommandations sont issues de sources fiables et officielles telles que le ministère des Solidarités et de la Santé, l'Ademe, l'Observatoire de la qualité de l'air intérieur, le Réseau National de Surveillance Aérobiologique, Santé respiratoire France, etc.

Comment s'inscrire ?

Pour recevoir chaque jour par courriel les indicateurs environnementaux (qualité de l'air, épisodes de pollution et risque pollinique) de votre localité et une recommandation pour vous aider à vous protéger des risques liés aux polluants atmosphériques et aux pollens, allez sur le site a title="Recosanté - recosante.beta.gouv.fr - Nouvelle fenêtre" " " " " ">"ecosanté , renseignez votre email et votre commune.

Vous pouvez également choisir de recevoir des informations destinées aux personnes vulnérables ou sensibles à la qualité de l'air et aux personnes allergiques aux pollens.

Les données collectées lors de l'inscription sont utilisées exclusivement pour envoyer les recommandations.

  A savoir : Le programme beta.gouv aide les administrations publiques à construire des services numériques utiles, simples, faciles à utiliser et qui répondent vraiment aux besoins des usagers. Le développement du service numérique est guidé par les retours de ses utilisateurs et non par les besoins de l'administration qui le porte.

A Mireval : Construction des 3 centrales cet été

La Dream Team

Thau Énergies Citoyennes a sélectionné son équipe de rêve pour ces centrales.

  • Maitre d’œuvre : CEFEM Solar, seul fabricant français d'onduleurs photovoltaïques triphasés en Ardèche. Sa filiale "installation" est basée à Bernis (30).
  • Bureau de Contrôle : Alpes-Contrôles
  • Assistance Maitrise d'Ouvrage : Enercoop Languedoc Roussillon
Les travaux commenceront à la mi-juillet et devraient durer 3 à 4 semaines. Une  mise en  service espérée en septembre.
Les bâtiments avec l'implantation envisagée des panneaux.

Configuration

Prévus,  plus de 200 modules de marque DMEGC et de puissance 450 Wc. Ils seront de type Mono-Facial Type N. Les onduleurs et optimiseurs seront des Huawei.

Pour l’école de Mireval, les tuiles seront déposées et remplacées par un bac acier sec. Le bac acier sera prévu seulement sur la surface photovoltaïque.
Il est prévu de conserver les 3 premières rangées de tuiles (en partant du faitage) et de laisser la dernière rangée de tuile (bas de pente).

Les 3 centrales produiront 120 000 – 130 000 kWh/an ce qui est équivalent

  •  à la consommation électrique de 62 personnes pendant 1 an
  • et à 37 T de CO2 économisées.
La région Occitanie soutient le projet.

Vous pouvez toujours participer au financement


Le budget du projet est de 180 000€ dont 1/3 est financé par les citoyens.

Choix de La NEF
, seul établissement bancaire coopératif en France, pour compléter le financement citoyen du projet. La NEF est :

  • 100% éthique
  • 0% spéculation : La Nef n’a pas d’activité sur les marchés financiers
  • 0% paradis fiscaux
  • Solidaires : les produits d’épargne  ont tous le label Finansol.
  • N°1 des banques engagées en faveur du climat

Au-delà de la réalisation de ces 3 centrales, l'objectif est de pouvoir s'impliquer localement dans une production énergétique décarbonée (photovoltaïque), mais aussi d'asseoir cette production sur un modèle participatif de gestion, en termes à la fois citoyen et financier.

Vous pouvez toujours aider à financer le projet et prendre une (ou plusieurs) part de la coopérative, c’est 100€.

Pour devenir coopérateur, c'est ici.
Plus d'informations sur le projet à Mireval

Attention aux chenilles processionnaires et à leurs nids

La chenille processionnaire du pin est un des plus grands ravageurs forestiers en France mais aussi sur l’ensemble des pays méditerranéens. Elle provoque un ralentissement de la croissance de l’arbre, une vulnérabilité plus forte aux maladies et aux autres ravageurs des forêts.

La processionnaire du pin est un insecte de l’ordre des lépidoptères et ses larves sont connues pour leur mode de déplacement en file indienne. Elles se nourrissent des aiguilles de diverses espèces de pins, provoquant un affaiblissement important des arbres. Même l’hiver ne pas toucher sans protection.

Processionnaire

Ne pas toucher sans protection : Il faut noter que les poils sont très présents dans les nids, et ce même après plusieurs années. Manipuler des nids même vides est donc dangereux.

On peut distinguer quatre types de trouble (Werno et al., 2002) :

  1. cutané : (mains, bras, visage, cou) : démangeaisons, voire un œdème qui peut mettre jusqu’à deux semaines à disparaître;
  2. oculaire : si les poils ne sont pas enlevés rapidement, ils peuvent entraîner de graves conséquences : glaucome, cataracte… ;
  3. respiratoire : une petite gêne peut se faire sentir et même dans certains cas une crise d’asthme.
  4. allergique.

Les animaux les plus exposés aux risques liés à la processionnaire du pin sont les chiens et les chevaux. Le symptôme le plus souvent rapporté est la nécrose de la langue, qui peut parfois s’accompagner d’œdèmes des babines et de vomissements

 La chenille processionnaire.Sa face ventrale est jaune. Le corps est fortement velu et couvert de poils urticants et allergisants. Les prédateurs à ce stade sont principalement la mésange et quelques oiseaux insectivores, non sensibles aux poils urticants. Les chenilles marchent en procession de manière curieusement saccadée. Si leurs longs poils (soies) sont inoffensifs, ces chenilles projettent dans l’air de minuscules poils très urticants à partir du 3ème stade larvaire. Leur fort caractère urticant peut provoquer d’importantes réactions allergiques : démangeaisons, œdèmes (au niveau des mains, du cou, du visage) mais aussi des troubles oculaires ou respiratoires(asthme).

Les atteintes de l’œil peuvent avoir des conséquences graves si les poils ne sont pas rapidement retirés. Il est dangereux de manipuler un nid même vide.

Bien qu’il existe d’autres moyens, la lutte mécanique est toujours aussi efficace.

Mais pas question de trop s’approcher, un échenilloir (sécateur au bout d’un long manche) doit être utilisé. Si vous devez pratiquer cette opération, n’oubliez pas qu’ensuite vous devez incinérer les nids.

Sans vous alarmer, vous devez rester vigilant si vos pins sont infectés. Le simple contact avec de l’herbe contaminée peut aussi provoquer de graves atteintes sur les humains et les animaux.

Si votre chien/chat/cheval bave anormalement, a la langue ou la face gonflée, se gratte le museau, il a surement été en contact avec des chenilles processionnaires. C’est une urgence gravissime, sans soins votre animal peut aller jusqu’à perdre sa langue!
Rincer lui la bouche à l’eau courante et amener le d’urgence chez le vétérinaire. Surtout ne mettez pas vos doigts dans la bouche de votre animal, les chenilles sont aussi dangereuses pour l’homme.

Attention aux chenilles processionnaires et à leurs nids

La chenille processionnaire du pin est un des plus grands ravageurs forestiers en France mais aussi sur l’ensemble des pays méditerranéens. Elle provoque un ralentissement de la croissance de l’arbre, une vulnérabilité plus forte aux maladies et aux autres ravageurs des forêts.

La processionnaire du pin est un insecte de l’ordre des lépidoptères et ses larves sont connues pour leur mode de déplacement en file indienne. Elles se nourrissent des aiguilles de diverses espèces de pins, provoquant un affaiblissement important des arbres. Même l’hiver ne pas toucher sans protection.

Processionnaire

Ne pas toucher sans protection : Il faut noter que les poils sont très présents dans les nids, et ce même après plusieurs années. Manipuler des nids même vides est donc dangereux.

On peut distinguer quatre types de trouble (Werno et al., 2002) :

  1. cutané : (mains, bras, visage, cou) : démangeaisons, voire un œdème qui peut mettre jusqu’à deux semaines à disparaître;
  2. oculaire : si les poils ne sont pas enlevés rapidement, ils peuvent entraîner de graves conséquences : glaucome, cataracte… ;
  3. respiratoire : une petite gêne peut se faire sentir et même dans certains cas une crise d’asthme.
  4. allergique.

Les animaux les plus exposés aux risques liés à la processionnaire du pin sont les chiens et les chevaux. Le symptôme le plus souvent rapporté est la nécrose de la langue, qui peut parfois s’accompagner d’œdèmes des babines et de vomissements

 La chenille processionnaire.Sa face ventrale est jaune. Le corps est fortement velu et couvert de poils urticants et allergisants. Les prédateurs à ce stade sont principalement la mésange et quelques oiseaux insectivores, non sensibles aux poils urticants. Les chenilles marchent en procession de manière curieusement saccadée. Si leurs longs poils (soies) sont inoffensifs, ces chenilles projettent dans l’air de minuscules poils très urticants à partir du 3ème stade larvaire. Leur fort caractère urticant peut provoquer d’importantes réactions allergiques : démangeaisons, œdèmes (au niveau des mains, du cou, du visage) mais aussi des troubles oculaires ou respiratoires(asthme).

Les atteintes de l’œil peuvent avoir des conséquences graves si les poils ne sont pas rapidement retirés. Il est dangereux de manipuler un nid même vide.

Bien qu’il existe d’autres moyens, la lutte mécanique est toujours aussi efficace.

Mais pas question de trop s’approcher, un échenilloir (sécateur au bout d’un long manche) doit être utilisé. Si vous devez pratiquer cette opération, n’oubliez pas qu’ensuite vous devez incinérer les nids.

Sans vous alarmer, vous devez rester vigilant si vos pins sont infectés. Le simple contact avec de l’herbe contaminée peut aussi provoquer de graves atteintes sur les humains et les animaux.

Si votre chien/chat/cheval bave anormalement, a la langue ou la face gonflée, se gratte le museau, il a surement été en contact avec des chenilles processionnaires. C’est une urgence gravissime, sans soins votre animal peut aller jusqu’à perdre sa langue!
Rincer lui la bouche à l’eau courante et amener le d’urgence chez le vétérinaire. Surtout ne mettez pas vos doigts dans la bouche de votre animal, les chenilles sont aussi dangereuses pour l’homme.

De nouvelles actions concrètes contre le réchauffement climatique

Réunis en commission permanente le 1er mars 2024, les élus de la Région Occitanie ont voté de nouvelles dispositions en matière d’alimentation, d’économie d’énergie, d’énergie renouvelable et de transport durable, permettant ainsi d’accélérer le Pacte Alimentaire Durable et le Pacte Vert.

Alimentation et transition énergétique au cœur des échanges des élus lors de la commission permanente
Alimentation et transition énergétique au cœur des échanges des élus lors de la commission permanente

La commission permanente a adopté ce vendredi 1er mars l’amplification du dispositif « Bien manger pour tous », le déploiement de panneaux photovoltaïques sur les bâtiments de la Région, des travaux dans les lycées, mais aussi dans les gares. Par ailleurs, les élus de la Région Occitanie ont voté la création d’une plateforme de mutualisation des outils de sensibilisation pour lutter contre le racisme et l’antisémitisme.

Pacte Alimentaire Durable : de nouvelles expérimentations

Avec « Bien manger pour tous », les étudiants apprennent à bien manger, sans surcoût
Avec « Bien manger pour tous », les étudiants apprennent à bien manger, sans surcoût

Comment manger sainement et local avec un petit budget ? C’est à ce « casse-tête » pour les étudiants que tente de répondre depuis plusieurs années la Région Occitanie avec « Bien manger pour tous ».
Né durant la crise du Covid-19, ce dispositif, basé sur des cours de cuisine, continue d’évoluer et de se déployer au regard des besoins sans cesse grandissants.

D’abord expérimenté auprès des étudiants de Toulouse et Mende, « Bien manger pour tous » a été déployé en 2023 aux jeunes précaires (travailleurs et sans emploi) dans trois départements : l’Aveyron, l’Ariège et la Haute-Garonne. C’est ainsi que, l’an dernier, 240 jeunes ont participé à des cours de cuisine adaptés à leurs contraintes budgétaires et logistiques, et que 300 repas complets, préparés dans le cadre de ces ateliers, ont été servis.

Un budget supplémentaire de 40 000 € vient d’être voté pour déployer « Bien manger pour tous » dans d’autres départements.

La Région veut développer les circuits alimentaires pour faciliter l'approvisionnement en produits locaux
La Région veut développer les circuits alimentaires pour faciliter l’approvisionnement en produits locaux

Par ailleurs, toujours dans le cadre du « Pacte régional pour une alimentation durable en Occitanie », la Région soutient une autre expérimentation, dans le Lot cette fois-ci : une « écologistique » pour développer les circuits alimentaires.

L’association régionale Dem & Terria étudiera la possibilité que les produits alimentaires de la centrale d’achat régionale Occit’Alim soient fournis aux acteurs de la restauration collective via les transports en commun liO (bus et car).

L’étude de faisabilité devra porter sur le bilan carbone, nutritionnel, économique et social, ainsi qu’une modélisation en vue d’une extension à tout le territoire d’Occitanie.

Changement climatique : nouveaux travaux dans des lycées

Plus de 30 M€ pour adapter les lycées au réchauffement climatique
Plus de 30 M€ pour adapter les lycées au réchauffement climatique

Autre fer de lance de la Région : l’adaptation des lycées publics au réchauffement climatique pour en limiter les risques. Dans le cadre du « Pacte vert », de nouvelles mesures concrètes sont adoptées pour un montant de 32,6 M€.

Des travaux de rénovation, de réhabilitation et d’économies d’énergie (menuiserie, isolation toitures, VRD et mur de soutènement) vont être lancés dans une dizaine de lycées à Colomiers (31), Toulouse (31), Montauban (82), Graulhet (81), Albi (81), Foix (09) ou encore Lattes (34).

Les économies d’énergie, le développement des énergies renouvelables et la modernisation des établissements sont le fil rouge des investissements de la Région au bénéfice des jeunes et de leur réussite. L’année dernière, en 2023, une autre enveloppe de 30 M€ avait déjà été attribuée.

Des panneaux photovoltaïques sur les parkings

La Région veut multiplier par 5 la production de photovoltaïque
La Région veut multiplier par 5 la production de photovoltaïque

Toujours dans le cadre du « Pacte vert », l’objectif de la Région est de déployer massivement le photovoltaïque et de multiplier par cinq la production actuelle afin de devenir une région à énergie positive à l’horizon 2050.

Une étude a permis de définir un gisement potentiel de plus de 15MWc (soit environ 35 000 panneaux) : la pose d’ombrières photovoltaïques sur les parkings des bâtiments de la Région, dont bien sûr les lycées d’Occitanie.

Au regard de l’investissement nécessaire et de la technicité de ce projet, la Région a décidé de recourir à une délégation de service public (concession). Ce contrat concerne la conception, le financement, la livraison et l’exploitation d’ombrières photovoltaïques sur 20 à 30 parkings. La production 5,2 GWh attendus représentera la consommation moyenne de 11 lycées.

Une nouvelle étape franchie pour le Lycée de Cournonterral (34)

Le futur lycée de Cournonterral (34) accueillera près de 1 500 élèves
Le futur lycée de Cournonterral (34) accueillera près de 1 500 élèves
Crédits : BPA ARCHITECTURE

D’ici 2030, 1 150 élèves supplémentaires sont attendus dans la métropole de Montpellier. La quinzaine d’établissements du secteur étant proches de la saturation, la Région a décidé de construire un nouveau lycée à Cournonterral, à l’ouest de Montpellier.

Le commissaire enquêteur vient de donner un avis favorable à l’ensemble du projet. La Région va donc pouvoir poursuivre les procédures nécessaires à la réalisation du lycée, en particulier la déclaration d’utilité publique du projet.

Celui-ci prévoit la construction d’un bâtiment de 20 000 m² qui accueillera près de 1 500 élèves, des demi-pensionnaires et des internes. Le futur établissement dispensera des formations tant professionnelles, techniques que générales. Il s’agira d’un lycée polyvalent avec une orientation affirmée vers les métiers de l’informatique.

De nouvelles aides pour une seconde chance

Les « Écoles de la deuxième chance » aident les 16-29 ans à retrouver un emploi
Les « Écoles de la deuxième chance » aident les 16-29 ans à retrouver un emploi

La Région fait de l’accès à un premier niveau de qualification une priorité pour chaque jeune et chaque adulte en Occitanie. Le programme des « Écoles de la deuxième chance » (E2C) s’inscrit dans cet objectif. Ce réseau compte 11 établissements en région.

Parmi eux, l’E2C de Rodez (12), qui était jusqu’ici une antenne de l’école de Toulouse, a été confiée au CEMEA. Cette association d’éducation populaire a sollicité un soutien financier. La Région a répondu « présente » en accordant une hausse de subvention afin que la vingtaine de stagiaires, entrés fin 2023, puissent finir leur parcours d’accompagnement.

De nouvelles écoles ETRE pour sensibiliser les jeunes aux métiers de la transition énergétique
De nouvelles écoles ETRE pour sensibiliser les jeunes aux métiers de la transition énergétique

Par ailleurs, dans le cadre d’un autre programme, baptisé « Nouvelles Chances », la Région vient de conclure une convention avec quatre nouvelles structures : Trisomie 21 Gard (31), l’école de production Icam (34), Cap’A Cité 34 et le Réseau Être. Le projet, porté par les 11 écoles « ETRE », vise à mettre en place une sensibilisation aux métiers de la transition écologique (agriculture, écohabitat, entretien espaces naturels…) qui sont une voie d’insertion d’avenir pour les jeunes.

Grâce au soutien de la Région, trois nouvelles écoles vont pouvoir ouvrir en 2024 dans le Tarn, l’Ariège et le Gers.

Mutualiser les ressources contre le racisme et l’antisémitisme

Une plateforme pour sensibiliser et lutter contre les discriminations
Une plateforme pour sensibiliser et lutter contre les discriminations

En 2023, les actes antisémites ont connu une flambée de 1 000% en France. Engagée de longue date contre ce fléau, la Région continue le combat : elle vient de décider de développer une plateforme de partage de contenus éducatifs, entre associations, afin de mieux sensibiliser, éduquer et lutter contre toutes formes de discriminations.

Des quiz, des jeux, des questionnaires, des capsules vidéo (à partir du CM1) et des fiches pédagogiques sont mis à disposition des animateurs, formateurs, enseignants, etc. L’objectif de cet espace de collaboration est de favoriser l’échange et la mise en réseau des intervenants de terrain.

Cette plateforme sera officiellement lancée à l’occasion de la Semaine d’Éducation et d’Actions contre le racisme et l’antisémitisme, du 18 au 24 mars 2024.

Bientôt cinq nouvelles gares multimodales

La Région accompagne les collectivités dans la construction de Pôles d'Échanges MultimodauxL’amélioration de la qualité des services et le confort d’attente en gare était une demande forte exprimée par les usagers lors des États Généraux du Rail et de l’Intermodalité, menés par la Région.

Pour y répondre, la Région Occitanie s’est dotée d’un dispositif de financement des « Pôles d’Échanges Multimodaux », qui permet d’accompagner les collectivités dans les études et les travaux.
 

La gare de Béziers va être entièrement rénovée, et accessible

Les élus du Conseil Régional viennent ainsi de voter des travaux importants à la gare de Béziers , la 5e gare d’Occitanie en termes de fréquentation, mais qui n’est plus adaptée et mal connectée. Elle sera entièrement reconfigurée, notamment à travers la réalisation d’une passerelle et la mise en accessibilité complète de la gare.

D’autres villes vont bénéficier du financement d’études d’avant-projet : Villeneuve-Lez-Avignon et Aigues-Mortes dans le Gard mais aussi Port-La-Nouvelle et Lézignan-Corbières dans l’Aude.

Actuellement, 69 pôles d’échanges multimodaux – dont trois-quarts en milieu rural - sont en phase d’études ou de travaux dans toute l’Occitanie. La Région apporte jusqu’à 50 % des investissements liés aux projets montés par les collectivités.

Une société publique pour investir dans les transports

L’Occitanie se dote d’une structure pour financer le matériel roulant ferroviaire et apporter une expertise technique

En 2023, la Région a décidé de confier à SNCF Voyageurs l’exploitation du service des trains régionaux en Occitanie sur une période de 10 ans. Cette convention est très ambitieuse puisque l’objectif est d’augmenter l’offre de transport mais aussi d’améliorer la qualité du service.

Pour financer le matériel roulant ferroviaire nécessaire et apporter une expertise technique dans le suivi et la réalisation des opérations, une structure ad hoc a été créée : la Société Publique Interrégionale des Investissements en faveur des Transports (SPIIT), entièrement constituée par des capitaux publics, la maîtrise et le contrôle restent aux mains de la Région.

Lors de la Commission Permanente, les élus ont voté la concession de service à cette SPIIT. La procédure est donc engagée.

Où débroussailler?

La règlementation ne s’applique pas à tout le département. Un premier zonage détermine les communes concernées, un second zonage précise le territoire de la commune où la réglementation s'applique. Sur ce territoire, seules les situations prévues aux articles L131-10 à L131-16 et L134-5 à L134-18 du Code forestier relèvent des Obligations Légales de Débroussaillement (OLD).

Les 343 communes du département ont été classées suivant la nature du risque d'incendie de forêt. Certaines communes ou parties de communes sont exclues du champ d'application de la réglementation relative au débroussaillement. Consulter la Cartographie du département avec la liste des communes soumises à l'obligation légale de débroussaillement par niveau de risque .

Pour chaque commune, les OLD ainsi que le maintien en état débroussaillé au titre du Code forestier s'appliquent sur les zones exposées, c'est-à-dire les terrains en nature de bois, forêt, plantations d'essences forestières, reboisements, landes, maquis et garrigues et jusqu'à une distance de 200 (deux cents) mètres de ces terrains situés sur le territoire des communes ou parties de communes concernées. Consulter la Cartographie du département avec les limites par commune des zones où la règlementation OLD s'applique.

Remarque : Les terrains en nature de bois, forêt, plantations d'essences forestières, reboisements, landes, maquis et garrigues d’une surface cumulée inférieure au seuil de 4 (quatre) hectares sont exclus du champ d’application des OLD, de même que les haies et les « boisements linéaires » constitués de terrains en nature de bois, forêt, plantations d'essences forestières, reboisements, landes, maquis et garrigues d’une largeur maximum de 50 (cinquante) mètres quelle que soit leur longueur.

Retour sur un week-end très agité

Avec Météo France

Ce week-end a été marqué par des intempéries sur un large quart Sud-Est. Par ailleurs il neigeait à basse altitude en Auvergne Rhône-Alpes. Sur les Alpes du sud et les Alpes frontalières, il est tombé plus d’un mètre de neige en 24 h, parfois dès 1700 m, et jusqu’à 1,50 m vers 2500 m, conduisant à la hausse du risque d’avalanches ce matin sur le Queyras et la Haute-Maurienne : risque maximal 5/5.

Paysage D'Hiver, Le Coucher Du Soleil

Une goutte froide venue d’Islande

Dès vendredi, une goutte froide d’altitude en provenance d’Islande pilotait une perturbation active sur le Nord-Ouest. Une perturbation pluvieuse à caractère de front froid a concerné une partie des régions de l’ouest samedi. Il est tombé une bonne vingtaine de millimètre en région parisienne les deux premiers jours de mars, l’équivalent de la moitié du cumul moyen d’un mois de mars entier, par exemple à Paris, faisant suite à un automne et un hiver déjà bien arrosé. Par conséquent les sols sont généralement très humides, souvent proches des maxima observés à cette époque de l’année. Le niveau des cours d’eau reste donc souvent relativement élevé. 

Par ailleurs, et parallèlement au lent déplacement du front froid vers l’est, propice à de l’isothermie sur le Massif central, une dépression s’est creusée entre Corse et continent dans la nuit de samedi à dimanche. Cette dépression a probablement renforcé l’activité précipitante, voire orageuse, près de la Méditerranée, en l’associant à des vents forts d’est le long de la Côte d’Azur. Ainsi on a mesuré des rafales jusqu’à 95 km/h à Nice, 105 km/h à Vidauban (Var). Les pluies copieuses sur les sols détrempés ont pu entraîner localement des glissements de terrain, tandis que les vents forts ont arraché des branches. On peut noter que 99 mm de pluie sont tombés dans le courant du week-end (en moins de 2 jours) à Cannes, un niveau très inhabituel pour un mois de mars. 

Dimanche 3 mars 2024 à 12h46 UTC, image satellite SUOMI-NPP : le soleil revenait à l’ouest tandis que la dépression FEDRA arrosait abondamment la région PACA, la Corse et pendant que certains massifs des Alpes croulaient sous la neige.

Cumuls de pluie en mm sur 24 h sur le Sud-Est. Ces cumuls représentent souvent plus d’une fois le cumul moyen mensuel pour un mois de mars, et font suite à un hiver arrosé dans le secteur. Au 4 mars 2024, on peut dire que les sols superficiels n’ont jamais été aussi humides pour la période de l’année dans les Alpes maritimes.

FEDRA arrive avec la neige sur le Massif Central

Le service météorologique italien a nommé la dépression FEDRA en Méditerranée dimanche 3 mars. Après DOROTHEA et EMILE, c’est la troisième fois en moins d’une semaine qu’une dépression est nommée par les services météorologiques italiens, cela vient souligner la succession récente de séquences très pluvieuse en région PACA. Dimanche, il neigeait de façon parfois abondante dans le Massif Central, jusqu'à plus de 50 cm dans les Monts d’Ardèche. 14 cm ont été mesurés sur les quartiers hauts de Saint-Etienne (640 m). Cependant la neige s’est faite généralement discrète sous 500 m d’altitude avec des cumuls souvent faibles ou nuls en Rhône-Alpes.

Chutes de neige exceptionnelles du Mercantour à la Haute-Maurienne...................... Poursuivre avec infographies sur : https://meteofrance.com/actualites-et-dossiers/actualites/retour-sur-un-week-end-tres-agite

Le GALPA « Thau et son littoral » vient de lancer 3 appels à projet pour dynamiser la filière en 2024.

Dès 2023, 2 appels à projet avaient été publiés par le Galpa(1) « Thau et son littoral », sous l’égide du Syndicat mixte du bassin de Thau, structure animatrice du programme. L’objectif : accompagner les professionnels dans la recherche de solutions pour réduire ou valoriser les déchets et coproduits issus des filières pêche et cultures marines, augmenter la valeur ajoutée des produits de la pêche et de l’aquaculture, ou développer de nouveaux produits. Suite au Comité de sélection et de pilotage (CSP) qui a eu lieu fin 2023 et au groupe de travail qui s’est tenu en janvier dernier, une nouvelle thématique est proposée autour de la sensibilisation, la formation et la communication auprès du grand public. Ces appels à projets sont ouverts jusqu'au 1er aout 2024.

Le programme DLAL (Développement local par les acteurs locaux) du Fonds européen pour les affaires maritimes, la pêche et l’aquaculture (FEAMPA) est un outil d’accompagnement des filières pêche et des cultures marines. Le Syndicat mixte du bassin de Thau (SMBT) porte cet outil, qui s’appuie sur une stratégie, des partenaires techniques et financiers et une gouvernance organisée en GALPA ou Groupe d’action local pêche et aquaculture. Le programme est largement subventionné par l’Europe et la Région Occitanie, principaux contributeurs.

Depuis 2022, la nouvelle stratégie DLAL s’est étendue aux problématiques environnementales pour faire face aux changements climatiques. Elle s’est ouverte à d’autres partenaires de l’économie bleue, dont le tourisme, en s’attachant à ce que les projets aient un effet positif direct sur les filières pêche et cultures marines. A noter enfin que le périmètre d’intervention s’est agrandi : ce sont désormais 36 communes de Sète agglopôle Méditerranée, Hérault Méditerranée et Béziers Méditerranée qui sont associées au programme sur la période 2022-2027.

La stratégie DLAL s’articule autour de 3 défis :

Défi n°1 : Faire face au réchauffement climatique et préserver la biodiversité 

Défi n°2 : Conforter le poids socio-économique des filières pêche et cultures marines 

Défi n°3 : Créer du lien entre la pêche, les cultures marines et les activités connexes de l’économie bleue.

Pour en savoir plus sur le DLAL et la stratégie du territoire:https://www.dlalbassindethau.fr/a-propos/

Trois appels à projet thématiques pour porter les 3 défis Chacun des défis de la stratégie DLAL va faire l’objet d’un appel à projet spécifique en 2024. L’ambition est de faire émerger les projets de développement et/ou d’innovation émanant du territoire de Thau pour lesquels le dispositif DLAL-FEAMPA pourrait être un facteur d’accélération. Les candidatures seront étudiées puis sélectionnées par le Comité de sélection et de pilotage (CSP). Les lauréats pourront ainsi bénéficier d’importants financements européens et co- financements nationaux. Les thématiques des 3 appels à projet de 2024 sont les suivantes :


Quels sont les bénéficiaires de ces appels à projet ? Ces AAP s’adressent prioritairement aux filières pêche et cultures marines, ainsi qu’aux activités connexes qui souhaitent mettre en œuvre un projet de développement en cohérence avec la stratégie du GALPA « Thau et son littoral » :

Organisations professionnelles de la pêche et de la conchyliculture, 

Collectivités territoriales, établissements publics et leurs groupements, 

Associations en lien avec des professionnels ou des organisations professionnelles, 

Centres techniques, scientifiques et de formation, 

Entreprises de production « pêche » et « cultures marines » en groupement, 

Entreprises de l’aval des filières,

Entreprises de valorisation des déchets et coproduits

A noter que certaines actions peuvent être portées par d’autres acteurs que ceux des filières pêche et cultures marines mais qu’elles doivent être en lien (sous forme de convention) avec les professionnels ou les organisations professionnelles des filières « pêche et cultures marines » et conforter ces filières, avec une vision de développement territorial.

Quel est le périmètre concerné ?

Les projets devront être situés sur le périmètre du Galpa intégrant les 14 communes de Sète Agglopôle Méditerranée (SAM), les 20 communes de la Communauté d’Agglomération Hérault Méditerranée (CAHM) et les 2 communes de la communauté d’agglomération Béziers Méditerranée (Sérignan et Valras). Le porteur de projet peut être domicilié en dehors de ces communes si l’opération a un effet direct et significatif sur le territoire et ses filières pêche et cultures marines. Les subventions mobilisables et le calendrier Le taux d’aides publiques pourra atteindre :

80 % des dépenses éligibles si le projet présente un intérêt collectif, s’il est porté par un bénéficiaire collectif ou s’il présente des caractéristiques innovantes avec un accès public aux résultats de l’opération. Cela suppose un autofinancement minimal de 20 % du montant total du projet,

50 % des dépenses éligibles si le projet est porté par une entreprise privée (champ concurrentiel).

Les textes des 3 appels à projets sont disponibles sur le site dédié du DLAL :
 Lien complet : https://www.dlalbassindethau.fr/de-nouveaux-appels-a-projets-pour-
le-galpa-en-2024/
 Lien raccourci : https://vu.fr/BctQs
L’animatrice du programme se tient à la disposition des porteurs de projets ou candidats pour
apporter toutes les informations nécessaires avant toute candidature : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (Béatrice
PARY).

La nouvelle drague « Hydromer » a pris le départ de Concarneau pour rejoindre le port de Sète-Frontignan

En 2021, afin de remplacer son ancienne drague vieillissante, d’optimiser ses activités de draguage et d’en réduire l’impact environnemental, la Région Occitanie a engagé la construction de la nouvelle drague « Hydromer ». Dotée d’une propulsion électrique, cette drague « Made in France » et particulièrement innovante fonctionnera avec de l’hydrogène à partir de septembre 2025. Construite par les Chantiers Piriou et représentant un investissement de 29 M€ (Région : 25,75 M€ ; État : 2,25 M€ ; Ademe : 1 M€), « Hydromer » a pris le départ de Concarneau ce mardi 27 février pour rejoindre le port de Sète-Frontignan en Occitanie où elle est attendue 8 jours plus tard.

https://www.datapressepremium.com/rmdiff/2984/Photo_DSC4345-Hydromer27022024-credit-PIRIOU.jpg

 

« La réception d’un nouveau navire est toujours un temps fort particulièrement émouvant pour la communauté maritime. C’est d’autant plus vrai aujourd’hui pour la drague Hydromer, un projet ambitieux et innovant que nous portons collectivement depuis plusieurs années. Dans sa configuration actuelle, cette nouvelle drague présente déjà des caractéristiques techniques et environnementales de haut niveau. Et, bientôt, nous irons même plus loin puisque la drague sera alimentée grâce à de l’hydrogène vert produit localement à Port-La Nouvelle ! Une prouesse technologique unique au monde qui permettra une fois encore à l’Occitanie et à l’industrie navale française de s’illustrer. Je tiens à remercier l’ensemble des partenaires mobilisés à nos côtés dans cette aventure et souhaite bon voyage à l’équipage que nous accueillerons chaleureusement dans quelques jours au port de Sète ! » a notamment déclaré la présidente de Région ce mardi 27 février 2024 alors que la drague prenait le départ de Concarneau.

 

Propriétaire et gestionnaire de 3 ports régionaux, à Port-La Nouvelle (11), à Sète-Frontignan (34) et au Grau-du-Roi (30), la Région assure notamment les activités de dragage, à savoir l’entretien des profondeurs de ces 3 ports. Dans le cadre du renouvellement de sa flotte de navires et afin de poursuivre la réduction de l’impact environnemental de ces activités, la Région a engagé en 2021 la construction de la nouvelle drague « Hydromer » confiée aux Chantiers Piriou de Concarneau (29). Elle est attendue au port de Sète-Frontignan autour du 6 mars prochain, elle sera ensuite mise en service dans les ports d’Occitanie dans le courant du mois de mars.

 

« Hydromer » mesure 70 mètres de long, accueille un équipage de 10 personnes et peut transporter 1 500 m3 de sédiments. Plus moderne et plus efficace, cette drague présente d’ores-et-déjà des caractéristiques environnementales dépassant la réglementation en vigueur. La conception tout électrique du navire permettra de réduire fortement ses émissions acoustiques et leur impact sur les riverains, sur les marins à bord et sur la faune marine. « Hydromer » comprend également un dispositif innovant qui limitera les rejets d’eaux usées et optimisera l’utilisation de l’eau à bord du navire. Dès sa mise en service, son impact carbone sera réduit et, à l’horizon 2025 grâce à la technologie hydrogène, elle émettra 20% de CO2 en moins et atteindra zéro émission au port ou au mouillage. Cela représentera alors 700 tonnes de CO2 non rejetées dans l’atmosphère chaque année.

 

Une drague bientôt alimentée grâce à de l’hydrogène vert produit localement

 

La nouvelle drague, qui débutera son activité dans sa configuration actuelle, a été conçue pour fonctionner avec de l’hydrogène à partir de septembre 2025. La solution technique de stockage proposée par le fournisseur d’hydrogène Hyd’Occ, composé de Qair et de l’Agence Régionale de l’Energie et du Climat (AREC), est en cours d’homologation par les autorités compétentes pour pouvoir être installée à bord. Il s’agira alors d’une première mondiale que de disposer sur un navire de 4 conteneurs d’hydrogène marinisés (pour une quantité approchant les 1,6 tonnes) participant à sa propulsion. La mise en service de la fonction hydrogène sera ainsi coordonnée avec la mise en production de l’usine Hyd’Occ de fabrication d’hydrogène vert à Port-La Nouvelle dont la construction est en cours. La drague fonctionnera alors grâce à de l’hydrogène vert totalement produit en Occitanie et directement à proximité de son secteur d’exploitation.

 

Le projet « Hydromer » s’inscrit dans le cadre de la feuille de route régionale visant à faire de l’Occitanie la première région à énergie positive d’Europe. Cette démarche volontariste et particulièrement innovante intervient également en cohérence avec le Plan régional hydrogène doté de 150 M€, avec la construction du port de la transition énergétique à Port-La Nouvelle ou encore avec la stratégie « Green Port » déployée sur le port de Sète-Frontignan.

 

Un navire « Made in France »

 

Après une phase d’étude, menée conjointement par Piriou Ingénierie et le cabinet LMG Marin de Toulouse, la coque de la drague assemblée au chantier de Piriou en Roumanie (ATG) a été remorquée jusqu’à Concarneau en janvier 2023. Les travaux d’armement à flot ont été conduits par les équipes des Chantiers Piriou et leurs sous-traitants du bassin concarnois. Au total, cela représente 150 000 heures de travaux.

https://www.datapressepremium.com/rmdiff/2984/Photo_DSC4352-Hydromer27022024-credit-PIRIOU.jpg

 

Piriou Ingénierie a réalisé la conception du système de dragage et la sélection de l’instrumentation de pointe permettant une conduite automatisée de la drague. Le système comprend notamment une pompe de 6 000 m3/h et une élinde de plus de 36 m de long. La pile à hydrogène d’une puissance de 200 kW sera produite par le français Helion Hydrogen Power (Alstom).

 

Perturbés par la tempête Ciaran, les essais en mer de la drague « Hydromer » ont finalement pu être effectués fin 2023 et conclus en janvier 2024 par des essais de dragage de sable à plus de 20 m de profondeur sur le site de Chassiron, au large de La Rochelle.

 

« Avec la livraison de l’Hydromer, Piriou démontre une nouvelle fois sa capacité à répondre à l’enjeu de décarbonation des navires, dans lequel le groupe est pleinement engagé. Je remercie vivement la Région Occitanie pour sa confiance en Piriou et en l’industrie navale française. Je suis fier du travail remarquable réalisé par nos équipes et nos partenaires pour relever ce véritable défi technologique. L’Hydromer est une formidable vitrine du savoir-faire français en matière de navires décarbonés et de technologie hydrogène. Nous souhaitons bon vent belle mer à l’Hydromer et son équipage pour sa traversée vers le port de Sète » a déclaré Vincent Faujour, président du Groupe Piriou.

 

photos de la drague Piriou).

Recosanté : une lettre d'information sur la qualité de l'air et les risques liés aux pollens

Vous êtes sensible à la pollution de l'air ? Vous êtes allergique aux pollens ? Vous pouvez vous inscrire à « Recosanté », une lettre d'information numérique. Chaque jour, vous recevez une recommandation pour vous aider à réduire les impacts des polluants atmosphériques et des pollens sur votre santé. Vous êtes informé quotidiennement de la qualité de l'air et du risque d'allergie aux pollens dans votre localité.

Qu'est-ce que Recosanté ?

Recosanté est un service public numérique mis en place par le ministère des Solidarités et de la Santé et le ministère de la Transition écologique, en partenariat avec la Direction interministérielle du numérique dans le cadre du programme beta.gouv.fr.

Ce service est destiné à évoluer de façon continue en fonction des retours des utilisateurs.

Les recommandations sont issues de sources fiables et officielles telles que le ministère des Solidarités et de la Santé, l'Ademe, l'Observatoire de la qualité de l'air intérieur, le Réseau National de Surveillance Aérobiologique, Santé respiratoire France, etc.

Comment s'inscrire ?

Pour recevoir chaque jour par courriel les indicateurs environnementaux (qualité de l'air, épisodes de pollution et risque pollinique) de votre localité et une recommandation pour vous aider à vous protéger des risques liés aux polluants atmosphériques et aux pollens, allez sur le site a title="Recosanté - recosante.beta.gouv.fr - Nouvelle fenêtre" " " " " ">"ecosanté , renseignez votre email et votre commune.

Vous pouvez également choisir de recevoir des informations destinées aux personnes vulnérables ou sensibles à la qualité de l'air et aux personnes allergiques aux pollens.

Les données collectées lors de l'inscription sont utilisées exclusivement pour envoyer les recommandations.

  A savoir : Le programme beta.gouv aide les administrations publiques à construire des services numériques utiles, simples, faciles à utiliser et qui répondent vraiment aux besoins des usagers. Le développement du service numérique est guidé par les retours de ses utilisateurs et non par les besoins de l'administration qui le porte.

LPO Occitanie : la fin de l’Hiver rime avec le retour du Printemps !

Cela signifie retour des oiseaux chanteurs mais aussi des amphibiens… Vous savez, ces animaux qui vivent dans nos flaques, ornières, mares, rivières ou tout autre milieu humide ! A la fin de l’hiver, ces petites bêtes migrent entre leur site d’hivernage et leurs sites de reproduction.

 Dès le mois de février, plusieurs espèces sortent et retrouvent leur point d’eau favori. Les Rainettes méridionales (Hyla meridionalis) s’en donnent à cœur joie dès qu’il pleut quelques gouttes… Habituellement de couleur vert pomme, il existe des variations assez originales : certaines sont plutôt marrons, d’autre jaunâtres, mais les plus surprenantes sont probablement les bleues ciel.

Rainette Géante, Amphibiens, Embardée

 Cette période est également le moment que choisissent les Salamandres tachetées pour sortir et retourner dans leurs mares. Les larves sont facilement reconnaissables, très ressemblantes à celles de tritons. Salamandra salamandra se différencie par la présence de tâches blanches à la base des pattes. Une fois adultes, elle sera parée de tâches jaunes sur un corps noir.

Il est important de rappeler que toutes les espèces d’amphibiens sont strictement protégées (à l’exception de la Grenouille taureau et du Xénope lisse, non présents dans l’Hérault) !
Illustration
Salamandre, Alpes, Mains, Jeune, Petit

Retrouvez des infos sur comment cohabiter avec des amphibiens.
La Liste rouge des amphibiens en France.

N'hésitez pas à inscrire vos observations sur faune-occitanie !

 

Louis Boulesteix, Chargé de projet