Occitanie

Carole Delga aux côtés des acteurs de l’innovation au Salon VIVA Technology 2024

Pour la 8ème édition du Salon VIVA Technology la Région Occitanie à travers son agence AD’OCC valorise le savoir-faire et l’innovation des entreprises régionales, souvent des TPE et PME, qui contribuent à l’innovation française et au développement du paysage technologique mondial. Carole Delga, présidente de la Région Occitanie et présidente de Régions de France, se déplacera au salon le mercredi 22 mai aux côtés de Jalil Benabdillah, vice-président délégué Economie, Emploi, Innovation, et Réindustrialisation.

 

Programme prévisionnel :

 

08h30 – 09h30 : Petit-déjeuner d’inauguration du Salon Vivatech, en présence des Présidents du Groupe Publicis et du Président du Groupe Les Echos, ainsi que la délégation japonaise

Non ouvert à la presse

 

09h45 – 10h30 : Cérémonie d’ouverture du salon

Stage One

 

10h45 – 11h00 : Mot d’accueil de la présidente sur le pavillon auprès des exposants d’Occitanie

Agora Occitanie

 

11h00 – 11h30 : Echange avec la presse – La présidente va faire à cette occasion 3 annonces en faveur de l’innovation en Occitanie - Accréditation obligatoire

Pavillon Occitanie – Hall 1 Allée H Stand 22

 

11h30 – 12h00 : Déambulation de la présidente à la rencontre des exposants d’Occitanie

Hall 1 Allée H

 

12h00 – 12h45 : Visite et rencontre des stands de jeunes start-ups exposant leurs prototypes IA aux côtés des Présidentes et Présidents de Région ainsi que les Vice-présidents Économie en Région

Avenue de l’Intelligence Artificielle

 

12h45 – 13h15 : Echange avec la presse aux côtés des Présidentes et Présidents de Région ainsi que les Vice-présidents Économie en Région

 

13h20 – 13h50 : Visite du Stand CNRS et signature d’une déclaration commune Régions de France et CNRS  

Hall1 Allée J Stand 49

 

14h – 14h40 : Rendez-vous avec Yann Le Cun, responsable scientifique IA de META

 

15h – 15h45 : Rendez-vous avec Béatrice Kosowski, présidente IBM France

 

 

15h50-16h20 : Rendez-vous avec Oleksandr Bornyakov, Ministre délégué de la Transformation Digitale au sein du ministère du développement de l’Industrie IT de l’Ukraine

 

Une centaine de lycéens en visite au Mémorial de Rivesaltes pour travailler sur la mémoire de la Shoah

Près de deux mois après leur déplacement à Auschwitz, plus d’une centaine de lycéens se rendront ce mercredi 22 mai au Mémorial de Rivesaltes pour visiter le lieu de mémoire, revenir sur leur déplacement et restituer leurs travaux sur la Shoah, en présence notamment de Guillaume de Almeida Chaves, conseiller régional délégué à la jeunesse, et de membres du Conseil Régional des Jeunes (CRJ).

 

L’organisation du déplacement à Auschwitz du 27 mars dernier suivi par cette journée de travail et de mémoire au Mémorial de Rivesaltes s’inscrit dans le cadre du Plan régional de lutte contre le racisme et l’antisémitisme, déployé dès 2020 par la Région Occitanie, et dans la démarche « Occitanie, terre de résistances » lancée par la Région en février dernier pour faire vivre l’histoire et les valeurs de la résistance dans toute l’Occitanie en 2024 et 2025, à travers des rendez-vous mémoriels et des temps d’échanges.

 

Six lycées seront représentés : Alphonse Daudet de Nîmes (30), Jean-Baptiste Dumas d’Alès (30), Victor Hugo de Lunel (34), Ernest Ferroul de Lézignan-Corbières (11), Pierre-Paul Riquet de Saint-Orens (31) et Alexis Monteil de Rodez (12).

Plus d’informations sur le plan régional de lutte contre le racisme et l’antisémitisme : https://www.laregion.fr/plan-racisme-et-antisemitisme

La Région et la Métropole présentent leur candidature pour le RER métropolitain et l’ensemble des acteurs se mobilisent pour construire le futur des mobilités

Jeudi 23 mai à 9h00

Centre Rabelais – 29 Bd Sarrail 34 000 Montpellier

 

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, et Michaël Delafosse, président de Montpellier Méditerranée Métropole, en présence notamment de François-Xavier Lauch, préfet de l’Hérault, Kléber Mesquida, président du Département de l’Hérault, Franck Proust, président de Nîmes Métropole, et des élus du territoire, réuniront jeudi 23 mai prochain l’ensemble des acteurs concernés pour évoquer les mobilités de demain et porter auprès de l’Etat la candidature montpelliéraine au statut de Service Express Régional Métropolitain (SERM) pour la mise en œuvre d’un RER métropolitain dans l’aire urbaine de Montpellier.  

 

La Région Occitanie et Montpellier Méditerranée Métropole, en étroite collaboration avec le Département de l’Hérault, Nîmes Métropole, ainsi que les intercommunalités du Grand Pic Saint-Loup, de la Vallée de l’Hérault, du Lodévois et Larzac, du Pays de Lunel, du Pays de l’Or, de Sète Agglopôle et du Clermontais, en partenariat avec les associations d’usagers, Hérault Transport et la SNCF, se rassembleront pour analyser les grands défis de la mobilité dans l’aire urbaine de Montpellier et poser les bases d’un scénario réaliste de Service Express Régional Métropolitain (RER).

 

Au cours de cette matinée, l’ensemble des collectivités formaliseront une déclaration commune de candidature auprès de l’Etat.

 

Déroulé :

 

9h00 : Lancement des 1ères Rencontres Mobilités Urbaines et Territoires

 

Parmi les temps forts :

  • Ouverture des 1ères Rencontres Mobilités Urbaines et Territoires par Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, et Michaël Delafosse, président de Montpellier Méditerranée Métropole ;

 

  • Présentation de la loi SERM et des engagements de l’Etat par François-Xavier Lauch, préfet de l’Hérault ;

 

  • Etat des lieux des mobilités urbaines, péri-urbaines et rurales par Jean-Clément Ulles, doctorant en géographie et aménagement de l’espace à l’Université Paul Valéry Montpellier III, Olivier Bouhet, enseignant-chercheur en géographie des transports à l’Université Paul Valéry Montpellier III, et Frédéric Dabi, directeur général de l’IFOP. Ce dernier présentera un sondage exclusif réalisé pour l’occasion sur les habitudes de mobilités des habitants de l’aire montpelliéraine ;

 

  • Table ronde : quelle candidature pour le SERM Montpellier Méditerranée ? Avec Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, Kléber Mesquida, président du Département de l’Hérault, Michaël Delafosse, président de Montpellier Méditerranée Métropole, Christian Perrot, président de la fédération nationale des associations d’usagers des transports, Céline Scornavacca, vice-présidente de la fédération des usagers de la bicyclette, et Catherine Trévet, directrice régionale de SNCF Réseau ;

 

11h30 : Conférence de presse de Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, Kléber Mesquida, président du Département de l’Hérault, et Michaël Delafosse, président de Montpellier Méditerranée Métropole, en présence des présidents des EPCI, pendant laquelle sera signée la déclaration de candidature au SERM montpelliérain.

Le retour du Festival Total Festum en Occitanie pour une culture vivante

Le retour du Festival Total Festum en Occitanie pour une culture vivante ! 

 

Le jeudi 16 mai, la Région Occitanie lancera officiellement la nouvelle édition du festival Total Festum en territoire catalan, au site de La Font del Port (66). Festival culturel populaire et festif, la Région propose un programme à son image pour le lancement de cette nouvelle édition : langues et cultures catalanes et occitanes, création contemporaine et biodiversité.

 

« Nos langues régionales sont vivantes et sont pour nous des richesses qu’il faut entretenir. Le festival Total Festum a vocation à partager, diffuser et sensibiliser le plus grand nombre au catalan et à l’occitan. Convivial, familial, intergénérationnel, ce festival reflète des valeurs fédératrices qui me sont chères. Je suis fière que cette année encore les habitants (re)découvrent et s’initient à nos langues régionales, dans tous les territoires. Riche de la diversité de ses langues, l’Occitanie veille sur le catalan et l’occitan comme autant de trésors du passé que d’atouts pour l’avenir de notre République. » a notamment déclaré Carole Delga, présidente de la Région Occitanie.

 

Concerts, spectacles, rituels traditionnels du solstice d’été, ateliers, lectures, jeux, sports, balades, gastronomie : à partir du 16 mai et jusqu’au 9 juillet 2024, ce sont plus d’une centaine d’événements qui seront organisés majoritairement par des associations, sur l’ensemble du territoire régional, pour faire découvrir les langues, le patrimoine et les cultures catalanes et occitanes. Plus de 75% de ces actions de médiation seront bilingues.

Retrouvez ici la liste de l’ensemble des événements ici

Dès le printemps, retrouvez les lieux, dates et programmes sur cette page ou sur la page Facebook "Parlem una cultura viva"

 

 

Le festival Total Festum fêtera son lancement le jeudi 16 mai, à partir de 17h. Après un après-midi dédié aux scolaires, le site de La Font del Port accueillera le grand public en fin de journée pour une fête simple et conviviale autour de la langue et culture catalanes et de la biodiversité de la lagune. Le public pourra ainsi admirer et visiter les barques traditionnelles catalanes de Bonanca, s’initier au matelotage, et à la sardane et profiter d’une balade ornithologique ainsi que d’une sieste sonore bilingues.

 

Plan « Cultura viva » : 30 mesures concrètes pour soutenir les langues régionales

 

Depuis 2023, ce plan de soutien aux langues et cultures catalanes et occitanes s’appuie sur 30 actions concrètes qui visent notamment à :

- Développer la présence des langues régionales dans la société (signalétique des lycées, SNCF et bâtiments régionaux, espace numérique, communication, PNR) ;

- Renforcer la place des langues et des cultures régionales dans l’enseignement (convention Région / Education Nationale, ouverture de sections bilingues) ;

- Encourager les outils numériques d’apprentissage (projets éducatifs et outils pédagogiques) ;

- Accompagner les communes dans leurs projets ;

- Poursuivre le soutien aux opérateurs régionaux (réaménagement du CIRDOC pour l’accueil des scolaires, nouvelles conventions avec l’Office Public de la langue occitane et l’Office public de la langue catalane pour développer l’enseignement de la maternelle au lycée etc.).

 

+ d’informations sur ce plan : https://www.laregion.fr/En-Occitanie-les-langues-regionales-donnent-de-la-voix

440 journaux anciens d’Occitanie à feuilleter sur Gallica

440 journaux anciens d’Occitanie à feuilleter sur Gallica

Les revues, gazettes et quotidiens d’antan des villes et villages d’Occitanie sont désormais accessibles à toutes et à tous en version numérique. Ce nouvel accès permet aux habitants d’Occitanie d’explorer le passé sous les angles historique, culturel, sociologique, humoristique parfois, ou tout simplement d’en apprendre davantage sur le quotidien et l’actualité de leurs ancêtres.

Consulter la presse ancienne d’Occitanie

 

La mise en ligne de ce patrimoine est rendue possible grâce au partenariat noué entre l’État, au travers de la Direction régionale des affaires culturelles, la Région Occitanie, la Bibliothèque nationale de France et Occitanie Livre & Lecture au sein d’un Pôle associé régional. Celui-ci porte un ambitieux programme de numérisation du patrimoine écrit et de sa conservation dans l’outil d’archivage pérenne SPAR (Système de Préservation et d’Archivage Réparti).

Il s’appuie sur un maillage solide de 44 partenaires sur l’ensemble de la région (départements et leurs archives, métropoles, communautés d’agglomération, communes et leurs archives et bibliothèques, établissements publics, associations).

Cette dynamique se traduit par une forte progression de l’offre en ligne : 2 540 807 pages dans la bibliothèque numérique de la BnF, Gallica.

 

Cette action est à la fois pionnière et exemplaire de par le volume d’archives traitées et l’implication de tout un territoire. Aujourd’hui, alors que l’intégration dans Gallica des données déjà numérisées s’achève, le Pôle associé poursuit cette opération, devenue en 2024 l’une des priorités du ministère de la Culture.

 

La numérisation de la presse ancienne est une initiative historique en région Occitanie : depuis l’origine des conventions conclues sur le territoire régional, tant du côté Languedoc-Roussillon (2007) que du côté Midi-Pyrénées (2011), elle figure dans les missions que se sont données les pôles associés régionaux.

 Journal, Article, Liberté De La Presse

Fête de la Nature 2024, rendez-vous du 22 au 26 mai 2024

Fête de la Nature 2024, rendez-vous du 22 au 26 mai 2024

Du 22 au 26 mai, la Fête de la Nature, le plus grand évènement annuel français célébrant le monde vivant dans sa richesse et sa diversité, met en lumière un programme varié de près de 10 000 animations gratuites sur plus de 2 000 lieux partout en France.Repérez dès maintenant les animations près de chez vous sur fetedelanature.com. Et profitez-en, sortez, respirez l'air frais du printemps, profitez des chants des oiseaux, des couleurs et des senteurs de l’herbe, des fleurs et des insectes. Faites-vous plaisir en retrouvant le goût de toute cette vie qui nous entoure !

La Fête de la Nature a été créée en 2007, pour célébrer la nature et le plaisir de la découvrir près de chez soi. Elle est portée par tous ceux, professionnels ou non, qui souhaitent partager leur passion de la biodiversité avec le plus grand nombre.

Une biodiversité fragile, menacée, que beaucoup souhaitent protéger. Mais comment agir si les modes de vie deviennent de plus en plus urbain, si la surexposition aux écrans éloigne de la vie des forêts, des ruisseaux, des bords de chemin ? Comment retrouver une familiarité avec la nature ? C’est là que la Fête de la Nature prend tout son sens, en proposant des animations gratuites -une condition essentielle pour figurer dans le programme officiel sur fetedelanature.com - et ouvertes à tous en pleine nature. Cette célébration offre l’opportunité de reprendre contact avec la diversité du monde vivant, en compagnie de naturalistes qui aideront leurs publics à redécouvrir ce que beaucoup ont perdu l’habitude de regarder.

La Fête de la Nature propose des rencontres et des animations dans des espaces naturels protégés ou simplement soigneusement gérés par les collectivités ou les entreprises qui en ont la responsabilité, mais aussi dans des rues, parcs et jardins des villes et villages, des hôpitaux, des résidences pour personnes âgées, dans les cours des écoles, les exploitations agricoles soucieuses de se passer de pesticides, les jardins que les propriétaires sont fiers d’avoir rendu plus naturels…Et, pour ouvrir aussi la Fête à ceux qui sont, plus que d’autres, privés de nature, des temps seront dédiés aux personnes placées sous main de justice dans le cadre d’un partenariat avec l’Administration pénitentiaire.

Pour trouver l’activité près de chez soi, plusieurs entrées sont proposées sur fetedelanature.com, le site officiel de la Fête de la Nature

Des entrées thématiques proposent de partager un pique-nique pédagogique, regarder la nature d’un autre œil, découvrir les espaces naturels protégés, donner un coup de pouce à la science naturaliste, visiter le jardin des ses voisins, vivre la nature la nuit, faire connaissance avec la nature en ville, participer à un atlas de la biodiversité communale, écouter les sons de la nature ou encore explorer les milieux naturels humides.

Le zoom sur certaines programmations comme les activités mêlant sports et nature à l’initiative de la LPO, des jeux de pistes numériques avec l’application Explorama, des activités à l’international

Les programmes sont aussi visibles par régions :

L’ensemble du programme 2024 est consultable sur https://fetedelanature.com/programme-complet


A propos de la Fête de la Nature

Depuis sa création en 2007, la Fête de la Nature mobilise chaque année, autour du 22 mai (journée internationale de la biodiversité), des associations, des collectivités, des entreprises, des écoles, des particuliers… pour l’organisation d’animations gratuites et ouvertes à tous en immersion dans la nature. Son objectif : permettre à tous de renouer un lien fort avec la nature. A travers le site internet fetedelanature.com, les organisateurs sont accompagnés dans la mise en place de leurs évènements et bénéficient de ressources pédagogiques et d’un kit de promotion.

Historiquement soutenue par le Ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, et par l’Office Français de la biodiversité depuis sa création, la Fête de la Nature a mobilisé en 2023 plus de 1300 acteurs sur tout le territoire. Elle est pilotée par 40 partenaires nationaux impliqués pour la préservation de la nature, parmi lesquels de grandes associations, des établissements publics et des acteurs privés tels que EDF, la MGEN, RTE. La Fête de la Nature est aujourd’hui l’un des objectifs de mobilisation du Gouvernement français dans le cadre de sa Stratégie Nationale de la Biodiversité 2030.

Top départ pour les aménagements ferroviaires au nord de Toulouse

Lancé le mardi 7 mai, le chantier des « Aménagements ferroviaires au nord de Toulouse » (AFNT) marque la première étape, et un maillon indispensable, de la future ligne à grande vitesse Toulouse-Bordeaux-Dax.

Les nouveaux aménagements ferroviaires au nord de Toulouse permettront de faciliter les déplacements du quotidien et d’améliorer la qualité de vie des habitants.

La future ligne à grande vitesse Toulouse-Bordeaux-Dax, ça commence maintenant, avec la pose ce mardi 7 mai de la première pierre des Aménagements ferroviaires au nord de Toulouse (AFNT) [1]. Cette opération chiffrée à 900 millions d’euros prévoit d’aménager sur 19 km au nord de Toulouse la ligne ferroviaire existante. Elle va passer à quatre voies (deux rapides à 160 km/h et deux lentes à 130 km/h) entre le nord de Saint-Jory, lieu de contact avec la future ligne nouvelle Bordeaux-Toulouse, et la gare de Toulouse-Matabiau.

Des travaux de réaménagement et de mise en accessibilité auront lieu dans les gares et haltes de Castelnau d’Estrétefonds, Saint-Jory, Fenouillet Saint-Alban, Lacourtensourt, Lalande Église et Route de Launaguet (halte à proximité de l’arrêt « La Vache » de la ligne B et de la future ligne C du métro toulousain). Le chantier AFNT, ce seront aussi 67 km de caténaires nouvelle génération, 12 ouvrages d’art, plus de 7 km d’écrans anti-bruit et 3 km de murs de soutènement.

C’est une étape cruciale du projet de ligne à grande vitesse Toulouse-Bordeaux-Dax. Dans quelques années, Toulouse et l’Occitanie seront enfin connectées à la grande vitesse. Vers Paris d’une part, mais aussi vers le Sud de l’Europe. Cette infrastructure permettra d’augmenter la fréquence des trains du quotidien.

Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie et de la société du GPSO.

Plus de capacité, de fluidité, de connexions
La connexion entre les trains et les autres transports communs sera facilitée.

En créant de nouvelles voies et en séparant les flux lents et rapides, l’opération AFNT améliorera la capacité des lignes et la fluidité du trafic des liO Trains, du fret et de la future ligne à grande vitesse. En outre, la connexion entre les trains et les réseaux de transports collectifs de l’agglomération toulousaine sera améliorée, avec une desserte au ¼ heure (aux heures de pointe) de tous les points d’arrêts, depuis Castelnau d’Estrétefonds jusqu’à la gare de Toulouse-Matabiau. Ce sera la première brique du futur Service Express Régional Métropolitain (SERM) Toulousain.

Grâce à ces aménagements ferroviaires, l’offre des liO Trains passera de 58 trains en 2024 à 92 en 2032.

Le GPSO, un atout pour l’Occitanie

La ligne à grande vitesse Toulouse-Bordeaux-Dax permettra de relier plus rapidement Toulouse à Paris et au sud de l’Europe.

Les Aménagements ferroviaires au nord de Toulouse (AFNT) s’inscrivent dans le Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest, « chaînon manquant » du réseau ferroviaire européen. Un projet plébiscité par 8 Français sur 10 et 9 Espagnols sur 10 [2]. Le GPSO, ce seront 418 km de nouvelles lignes à grande vitesse réparties sur deux phases.

La phase 1 couvre l’AFNT [3], des aménagements ferroviaires au sud de Bordeaux, les lignes et gares nouvelles entre Toulouse et Sud-Gironde/Bordeaux et Bordeaux-Dax pour un total de 14 milliards d’euros courants. La Société du GPSO en porte le financement : le « bloc » de 25 collectivités d’Occitanie et de Nouvelle-Aquitaine en porte 40%, l’État 40% également et l’Europe est attendue pour 20%. À terme, le trajet Toulouse-Bordeaux prendra 1h05 (gain : 1h05) et un Toulouse-Paris 3h10 (gain : 1h).

[1par la Région Occitanie, l’État, SNCF Réseau, SNCF Gares & Connexions, le Département de la Haute-Garonne et la Métropole de Toulouse

[2Source : sondage réalisé par Odoxa en mars 2024 pour SNCF Réseau et la Société du GPSO

[3La phase 2 concernera la liaison Dax-Espagne

Le Train Jaune, une ligne historique qui a de l’avenir

Emblème du patrimoine catalan, le Train Jaune fait l’objet depuis 2016 de nombreuses opérations de modernisation. La Région apporte son soutien à ces travaux, nécessaires pour sauvegarder cette ligne ferroviaire unique.

La Région assure la maintenance du Train Jaune et investit pour préserver les circulations de la ligne de Cerdagne
 

Depuis plus d’un siècle, le Train Jaune sillonne les terres catalanes ! Tout un symbole pour les habitants qui empruntent cette desserte au quotidien et pour les visiteurs qui découvrent cette ligne exceptionnelle. La Région apporte son soutien aux opérations de modernisation du Train Jaune, en complément des travaux de maintenance dont elle a la charge. Son ambition : assurer le maintien de cette ligne ferroviaire et en faire un train du quotidien.

La Région s’engage pour la rénovation à l’identique du Train Jaune pour un train du quotidien, avec pour objectif d’en faire un véritable outil de développement du territoire.

Jean-Luc Gibelin, Vice-président de la Région Occitanie aux mobilités et aux infrastructures de transport

Zoom sur des travaux d’envergure à voir sur : http://www.laregion.fr/Le-Train-Jaune-une-ligne...

Des investissements soutenus pour le Train Jaune

Identifié dès 2016 comme ligne prioritaire à la suite des États Généraux du Rail et de l’Intermodalité (EGRIM), le Train Jaune bénéficie d’un fort soutien de la Région. Afin de permettre aux habitants et aux touristes de découvrir les paysages pyrénéens en train, elle a investi 32,5 millions d’euros dans les infrastructures [1], dont le renouvellement des sous-stations d’alimentation électrique, et 30,4 millions d’euros pour le matériel avec, notamment, 18 millions d’euros engagés en 2022 pour une première tranche de révision générale du matériel historique et 4,7 millions d’euros pour le nouvel atelier de Villefranche-de-Conflent. Ces travaux de modernisation du Train Jaune sont également inscrits dans le plan Rail qui mobilise 800 M€ sur 10 ans pour améliorer les performances du réseau ferroviaire en Occitanie.

[1Depuis 2015, 49 millions d’euros ont été engagés pour les infrastructures du Train Jaune au total. Son exploitation est intégrée à la nouvelle convention de service public ferroviaire régional 2023-2032 signée avec SNCF Voyageurs pour sa contribution au désenclavement des territoires.

Carole Delga aux côtés des acteurs de l’innovation au Salon VIVA Technology 2024

Pour la 8ème édition du Salon VIVA Technology, l'Occitanie sera représentée par une centaine d’acteurs de l’innovation du 22 au 25 mai 2024 qui présenteront le meilleur de l’innovation et la technologie. Carole Delga, présidente de la Région Occitanie et présidente de Régions de France, se déplacera au salon le mardi 22 mai aux côtés de Jalil Benabdillah, vice-président délégué Economie, Emploi, Innovation, et Réindustrialisation.

 

La Région Occitanie à travers son agence AD’OCC valorise le savoir-faire et l’innovation des entreprises régionales, souvent des start-ups et PME, qui contribuent à l’innovation française et au développement du paysage technologique mondial. L’écosystème d’innovation de la Région Occitanie se retrouve autour d’une centaine d’acteurs, dont une trentaine d’entreprises accompagnées par Ad’Occ sur le pavillon régional de 150m2.  

 

Cette année où VivaTech choisi les thèmes des mobilités durable, de la climate tech et de l’intelligence artificielle, sera l’occasion pour la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée de réaffirmer ses forces dans ces domaines et son soutien à l’innovation.

 

Visite de Carole Delga au Salon VIVA Technology

 

Les temps forts: participation à l’inauguration officielle du salon, inauguration du stand de la Région Occitanie, déambulation dans l’espace exposants d’Occitanie, rencontre avec des grandes personnalités intervenantes sur le salon.  

 

Rendez-vous au salon Digi'Talent à Montpellier

Le mardi 14 mai 2024, de 9h à 17h - Parc des expositions de Montpellier

Business, Technology, Ville, Line

 

Le secteur du numérique recrute en Occitanie ! Afin de faire connaitre les postes à pourvoir dans cette filière, les formations et les aides pour y accéder, la Région Occitanie, France Travail et le syndicat des entreprises du numérique Numeum organisent une nouvelle édition de Digi’Talent à Montpellier, le 14 mai prochain, au Parc des expositions. A cette occasion le public est invité à rencontrer directement les organismes de formation et les recruteurs à la recherche de salariés.  

 

Suite au succès rencontré par le salon en 2023 – avec près de 500 participants, 12 organismes de formation et 35 entreprises présents à MontpellierDigi’Talent revient afin de permettre au grand public (jeunes, demandeurs d’emploi, salariés en reconversion…) de se familiariser avec le secteur du numérique, en plein essor en Occitanie (avec une croissance des recrutements de 8.6% en 2023). Véritables tremplins vers l’emploi, ce salon est l’occasion de rencontrer les organismes de formation du digital ainsi que les entreprises à la recherche de salariés. Parmi les compétences recherchées : Développeurs, Testeur logiciel, Techniciens support, Administrateurs réseaux.

 

Au programme de la journée : un job dating, avec la présence d’entreprises en quête de nouveaux talents, des rencontres avec des organismes de formation (informations, reconversion, alternance…), conférences et témoignages.

 

A Montpellier, le salon Digi’Talent sera inauguré le mardi 14 mai à 10h30 par Jalil Benabdillah, vice-président délégué à l’Economie, l’Emploi, l’Innovation et la Réindustrialisation, représentant la présidente de la Région Occitanie Carole Delga, en présence de Philippe Soursou, Directeur Territorial de l’Hérault et représentant de France Travail, et de Anne Destouches, Déléguée régionale représentante de Numeum. Ensemble ils iront à la rencontre des participants et exposants.

 

« Les entreprises du secteur numérique enregistrent de forts besoins en compétences, avec parfois des difficultés à recruter. Notre rôle est de les accompagner pour qu’elles puissent attirer et trouver les talents nécessaires à leur développement et ainsi créer des emplois de qualité. C’est tout le sens du Pacte pour l’embauche en Occitanie que nous avons lancé avec 50 partenaires en 2022 pour lever les freins à l’emploi, dans tous les territoires, en particulier sur les métiers en tension comme le numérique. Digi’Talent est une action emblématique de ce travail collectif. S’appuyer sur les talents du numérique en Occitanie, c’est aussi le moyen d’assurer notre souveraineté dans un secteur essentiel au fonctionnement de l’économie et de la Démocratie. » indique Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

« La filière numérique est un secteur porteur en France. En Occitanie, ce sont 7 200 offres d'emploi qui ont été enregistrées à France Travail. 81 % des offres sont concentrées sur deux départements : la Haute-Garonne et l’Hérault. C’est pour cette raison, qu’avec Numéum et le Conseil Régional d’Occitanie Pyrénées-Méditerranée, nous poursuivons l’action Digitalent permettant ainsi de favoriser sur Toulouse et Montpellier, la rencontre entre les besoins de recrutements des employeurs et ceux des demandeurs d’emploi qualifiés et ou en quête d’orientation » déclare Thierry Lemerle, directeur régional de France Travail Occitanie.

 

 

Informations pratiques et conditions d’accueil

 

L’accès au salon Digi’Talent est gratuit :

 

A Montpellier, le mardi 14 mai 2024, de 09h à 17h.

Parc des Expositions – Centre des conférences, Route de la Foire, 34 470 Pérols.

Entrée libre.

Montagne : des refuges rénovés et plus durables

Faire des montagnes une destination touristique accessible et durable. Cet engagement fort de la Région se traduit notamment dans la réhabilitation de ses refuges, comme en témoigne la restructuration de Wallon-Marcadau (Hautes-Pyrénées).

Pour l'avenir de nos montagnes, l'Occitanie appuie la réhabilitation des refuges et soutient les projets d'aménagement durable
Pour l’avenir de nos montagnes, l’Occitanie appuie la réhabilitation des refuges et soutient les projets d’aménagement durable

Seconde destination favorite des Français pour les vacances estivales [1], la montagne est aussi en première ligne face au réchauffement climatique. Elle doit par conséquent adapter son développement pour rester attractive. Convaincue du potentiel des territoires de massifs, l’Occitanie soutient leur transition vers un modèle durable. Elle se mobilise pour la réhabilitation des refuges de montagne, à l’image de Wallon-Marcadau, dans les Hautes-Pyrénées.

Il faut concilier tourisme et fréquentation raisonnée de nos sites naturels pour répondre aux attentes des citoyens. Les refuges, c’est idéal pour lutter contre la bétonisation des stations et le camping sauvage qui peut occasionner des abus.

Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie

Des refuges de montagne exemplaires
Près de 5 M€ mobilisés par la Région pour soutenir les refuges
Près de 5 M€ mobilisés par la Région pour soutenir les refuges

Rendre la montagne accessible au plus grand nombre et améliorer l’accueil des visiteurs, c’est l’objectif du Plan Refuges lancé par la Région. Depuis 2016, 11 refuges ont été créés ou rénovés avec cet appui, dont le Vénasque (Haute-Garonne), Aygues Cluses et le Campana de Cloutou, situés tous deux dans la réserve du Néouvielle (Hautes-Pyrénées). Des investissements importants pour l’Occitanie, qui est la seule région à « soutenir aussi fortement ces projets » souligne Carole Delga, présidente de la Région Occitanie.

Dernier exemple en date de ce soutien avec la restructuration du refuge de Wallon-Marcadau, dans les Hautes-Pyrénées. Vétuste et inconfortable, le site le plus fréquenté des Pyrénées françaises ne pouvait plus accueillir ses randonneurs dans de bonnes conditions. Et si la qualité de l’hébergement a été prise en compte lors de sa rénovation, les enjeux environnementaux l’ont été également (utilisation de matériaux durables, installation de panneaux photovoltaïques…). Mieux isolé, le refuge est désormais 100% autonome en énergie [2]. La Région a contribué à sa réhabilitation à hauteur de 2,87 M€ (soit près de 40% du montant global des travaux) [3].

Une rénovation réussie sur le littoral aussi

Un refuge connecté à la nature, sur le littoral audois
Un refuge connecté à la nature, sur le littoral audois

Au cœur de la réserve naturelle audoise, le refuge Sainte-Lucie a été restauré entièrement avec des matériaux naturels. Il fait l’éloge d’ « une sobriété qualitative » selon Agnès Langevine, vice-présidente de la Région en charge du climat, du Pacte vert et de l’habitat durable [4].

Sur place, pas de chambres individuelles, mais des dortoirs et des repas pris en commun, comme dans les refuges de montagne.

Un modèle durable pour les montagnes

Des investissements forts pour développer et préserver nos massifs
Des investissements forts pour développer et préserver nos massifs

Avec près de 55 % du territoire régional occupé par des massifs [5], l’Occitanie est attentive au développement de ses montagnes. Elle accompagne les projets des acteurs locaux, en particulier ceux qui préservent l’environnement. Un soutien inscrit dès 2018 dans son plan Montagnes Occitanie, Terres de Vie 2018-2025, élaboré avec le Parlement de la Montagne [6].
Pour épauler les professionnels du tourisme, l’Occitanie dispose aussi d’outils d’investissements et de conseils spécifiques, la Compagnie des Pyrénées et l’Agence des Pyrénées. Ils valorisent la destination montagne « quatre saisons », et aident les stations à s’adapter aux évolutions climatiques.

La résilience et l’avenir des Pyrénées font l’objet d’un engagement spécifique de la Région aux côtés de l’Etat avec les contrats de plan Etat – Région. Concrètement, ces investissements se portent sur le soutien aux activités économiques propres au massif (pastoralisme, produits de la montagne…), aux initiatives locales en faveur de l’emploi et de la mobilité des habitants, et à la valorisation du patrimoine naturel pyrénéen.

 

[1Selon un sondage ISPOS, plus d’un quart des français (28 %) préfèrent passer leurs vacances d’été à la montagne. La campagne arrive en troisième position.

[2Le projet de restructuration du refuge a été lauréat de l’appel à projets Nowatt en 2018.

[3Le Département des Hautes-Pyrénées, l’Agence de l’eau Adour Garonne, l’Etat et l’Europe ont aussi participé au chantier du refuge de Wallon-Marcadau.

[4Propriétaire du refuge, le Conservatoire du littoral a porté ce projet aux côtés de la Région, du Parc naturel régional de la Narbonnaise, du département de l’Aude, de l’Office National des Forêts, de l’Etat et de l’Europe.

[51 habitant sur 5 habite dans un territoire de montagne en Occitanie.

[6La Caisse des Dépôts, l’Europe, les Départements et l’ensemble des collectivités contribuent au financement du plan Montagnes Occitanie, Terres de Vie 2018-2025, doté de 800 M€.

Le Printemps Citoyen en Occitanie 2024

L'engagement citoyen vous tient à coeur
Le Printemps Citoyen Occitanie, c'est en ce moment et c'est près de chez vous.
Plus de 100 événements en Occitanie célèbrent les citoyens engagés dans les associations, la culture, le sport, la solidarité...
Découvrez le programme par thèmes ou départements  jeparticipe.laregioncitoyenne.fr/events
Peut être un dessin de texte qui dit ’DEMOCRATIE DEMOCRATIE DU SAMEDI Ter AVRIL AU DIMANCHE 2 JUIN 2024 VIVEZ LE PRINTEMPS GITOYEN EN O66ITANIE 生 Occi LaRigan Occitanie itanie Ta région citoyenne CONCERTATION RENCONTRES DÉCOUVREZ TOUTES DÉCOUVREZTOUTESLES LES MANIFESTATIONS PARTICIPANTES SUR LAREGIONCITOYENNE.ER’

Des votes pour favoriser le « mieux-vivre » en Occitanie

Réunis en Commission permanente le 5 avril 2024, les élus de la Région Occitanie ont, entre autres, décidé de soutenir des projets de lutte contre les discriminations mais aussi pour l’égalité d’accès à l’enseignement.

La lutte contre les discriminations et le soutien à la vie étudiante au cœur des échanges de la commission permanente
La lutte contre les discriminations et le soutien à la vie étudiante au cœur des échanges de la commission permanente

La Commission permanente a adopté ce vendredi 5 avril la liste des 136 projets associatifs retenus pour lutter contre toutes formes de discrimination. L’équilibre des territoires était aussi au cœur des débats avec un appel à projets pour soutenir la créativité de la vie étudiante et des travaux importants qui vont redynamiser le campus de Béziers.

136 projets pour « changer les mentalités »

Pour lutter contre toutes les discriminations, l’Occitanie soutient 136 projets associatifs

Créer un accueil de jour pour les femmes victimes de violences, organiser une soirée-débat pour déconstruire les stéréotypes fille/garçon, distribuer des protections hygiéniques aux femmes dans la précarité, jouer un spectacle de sensibilisation sur les violences sexuelles au travail… : voici quelques-uns des 26 projets singuliers retenus par la Région Occitanie afin « d’agir en faveur de personnes victimes de multiples discriminations  ».

Il s’agit d’une nouvelle approche, recommandée par le Conseil de l’Europe, dans la lutte contre les inégalités : ne plus se focaliser sur une seule discrimination. En effet, une personne peut être victime en raison de son origine ethnique mais aussi de son sexe, de son orientation sexuelle ou de son âge. Les handicaps ne font alors que s’additionner.

Au total, suite au nouvel appel à projets 2024 « Pour une Région Occitanie plus inclusive et solidaire », pas moins de 136 projets sont, en tout, lauréats (sur 263 associations candidates).

Un appel à projets pour « renforcer la vie étudiante »

Accès aux droits, lutte contre l’isolement… la Région lance un appel à projets pour faciliter la vie étudiante

Les étudiants sollicitent encore trop peu les financements au titre de la Contribution à la Vie Étudiante et de Campus (CVEC). C’est pourquoi la Région Occitanie a décidé de lancer un appel à projets 2024 pour « renforcer la vie étudiante, la coopération entre les acteurs et soutenir l’émergence de nouvelles idées impliquant les étudiants ».

Les Universités de Nîmes et de Toulouse cordonneront cet appel à projet et accompagneront les porteurs sur le montage et la conduite des projets, ainsi que dans les phases de bilan. Pour cette mise en œuvre, la Région Occitanie vient de leur accorder une aide de 80 000 €.

 
Les projets devront favoriser l’inclusion de publics en situation de handicap, faire du lien entre les étudiants des Villes Universitaires d’Équilibre (VUE), améliorer l’accès aux droits, lutter contre l’isolement des étudiants et favoriser l’engagement étudiant.

Campus de Béziers : des travaux pour améliorer le quotidien

L’extension du Campus du Guesclin permettra d’accueillir plus d’étudiants au sein de l’établissement biterrois

Il s’agit de l’une des plus importantes opérations d’Occitanie au titre du Contrat de plan État-Région Contrat de Plan Etat-Région (CPER) et Contrats de Plan interrégionaux (CPIER) 2021-2027  : construire une extension de 1 600 m² pour développer le Campus du Guesclin et contribuer ainsi à la vie universitaire à Béziers.

Les futurs bâtiments accueilleront une bibliothèque, des bureaux pour les associations étudiantes, un pôle social et santé mais aussi des locaux de logistique et service. Ce projet permettra une augmentation significative du nombre d’étudiants (+30 %).

Ces travaux d’agrandissement contribueront aussi au développement de l’une des Villes Universitaire d’Équilibre (Béziers) qui maillent le territoire afin de rendre l’accès aux études plus facile. Le centre du Guesclin est en effet un site de proximité issue de l’Université Paul-Valéry à Montpellier. Réunis en commission permanente, les élus ont voté l’attribution à la Communauté d’Agglomération de Béziers Méditerranée d’un financement de 2,77 M€, soit 30% du coût total du projet.