Expos

L'exposition "En Roues Libres" du collectif Cabane Galerie continue son chemin à la galerie Open Space de Sète

Toutes les semaines un changement d'œuvres, un vernissage tous les samedi soir à partir de 18h avec des musiciens, du collage urbain tous les dimanches, et la rencontre avec les artistes en pleines créations du mercredi au dimanche de 10h à 18h .
Déjà plus de 500 personnes sont passés nous voir, c'est une grande réussite pour des artistes émergents.
Rendez vous pour les deux dernières semaines artistiques à la Galerie Open Space.

Eposition Marie-OZ à Mireval, ce week-end

Le conte Marie-Oz a été créé par l'illustrateur Stéphane Bertrand.

Il s’agit d’un univers fantastique et burlesque pour les grands enfants ( à partir de 13/14 ans)
narré à travers plus d'une centaine de tableaux, il associe différent écrivains à cette fable folle qui est aussi une parabole amplifiée et grotesque d'une époque où la terre ne tourne plus très rond.
Une exposition atypique,
avec décors, musiques live, vidéos, marionnettes, ...
Exposition ouverte dans le hall, en présence de l'artiste, le vendredi 26 en journée jusqu'à 18h,
et le samedi 27 de 17h à 20h.
Entrée libre

À découvrir prochainement au Musée Paul Valéry, l’exposition « JEAN HUGO – ENTRE CIEL ET TERRE »

Du 29 juin au 13 octobre 2024.
Entre ciel et terre
Pour son grand temps fort estival, le musée Paul Valéry a choisi d'offrir à ses visiteurs, une ode à la nature selon Jean Hugo. À la fois peintre, décorateur et écrivain, il demeure 40 ans après sa disparition un artiste majeur et singulier. Afin de présenter une vision la plus complète possible de son œuvre, les musées Paul Valéry, Fabre et Médard se sont associés pour que l'hommage prenne la forme de trois volets, présentés simultanément à Sète, Montpellier et Lunel, dans l'esprit de complémentarité initié par la candidature commune au label de capitale européenne de la culture pour 2028. À Sète, l’exposition « Jean Hugo, entre ciel et terre » a pour projet de montrer, à travers un important ensemble d’œuvres dominé par la question du paysage, que la représentation de la nature est pour Jean Hugo autant une célébration de l’ordre du monde dans son apparence qu’une volonté de faire ressentir ce qui l’anime. Elle vient compléter chronologiquement celle du musée Fabre de Montpellier qui s’attache à l’œuvre de Jean Hugo jusqu’à la Seconde Guerre mondiale et son appartenance aux avant-gardes au début du XXe siècle. Ces deux expositions révèleront au public l’ensemble d’une œuvre foisonnante dans toute sa richesse, diversité et complexité, et lui permettront d’embrasser la personnalité de Jean Hugo, arrière-petit fils de Victor Hugo, sous toutes ses facettes.
À travers plus d’une centaine d’œuvres - peintures, dessins, livres illustrés, objets d’art – le parcours de l’exposition « Jean Hugo, entre ciel et terre » se développera dans les espaces d’exposition temporaire du musée, sur plus de 600 m², et invitera le visiteur à approfondir sa découverte de Jean Hugo, l’artiste et l’homme. Pendant quarante ans, entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et sa disparition en 1984, Hugo a poursuivi avec humilité une trajectoire artistique originale et rare, loin des avant-gardes et de leurs tendances iconoclastes.
Mondain et retiré dans sa propriété de Fourques à Lunel depuis 1929, parisien et rural, Jean Hugo a toujours considéré avec bienveillance la comédie humaine, dont il se voyait aussi comme un acteur. Il n’a cependant jamais cessé de porter un regard ardent et attentif sur les choses qu’il nous est donné de ressentir, de voir, de toucher, de sentir et de goûter, de la plus humble créature au produit le plus élaboré du travail des hommes. Corporelle et sensuelle, l’œuvre de Jean Hugo chante la nature comme une présence splendide.
Mais, nourrie d’une connaissance des territoires autant que d’une expérience intime, elle semble s’en éloigner dans le mouvement même où elle s’en approche. Le parcours de visite sera complété par un focus consacré au groupe Montpellier-Sète, bien représenté dans les collections du musée, avec lequel Jean Hugo avait partagé les murs d’expositions importantes et un autre dédié à Vincent Bioulès, avec qui Hugo entretenait des liens forts d’amitié. Avec l'exposition concomitante qui sera donnée à voir au musée Fabre de Montpellier, ainsi que l'exposition qui se tiendra au musée Médard de Lunel, l’événement sétois pourra permettre au public de mesurer combien cet artiste a pu relever le défi de porter le nom d’Hugo au rang du meilleur de la création artistique.
La spirituelle Louise de Vilmorin avait elle-même lancé : « Il est très difficile d’être descendant de Victor Hugo ; aussi il ne s’agit plus de descendre, il faut remonter. »
C’est ce que fit, Jean Hugo, arrière-petit- fils de Victor, avec toute la pudeur et l’élégance qui le caractérisaient. 2024, tout un territoire rend hommage à Jean Hugo (1994-1984) Né en 1894 et disparu en 1984, ce brillant arrière-petit-fils de Victor Hugo, a traversé presque tout le XXe siècle.
Tour à tour décorateur, peintre, poète et écrivain, il a réalisé plus de 1000 peintures et 3000 dessins, collaboré à près d’une cinquantaine de mises en scène théâtrales ou dansées, et ce tout au long de son existence. Il a largement contribué à plusieurs projets décoratifs et participé à de grands programmes artistiques à l’étranger. Illustrant les plus célèbres auteurs de son temps, il a montré une grande invention dans sa relation féconde avec l’éditeur Pierre-André Benoît. Enfin il a déployé un remarquable don d’écrivain dans des Mémoires où l’humour le dispute à la poésie, d’après des carnets de notes scrupuleusement tenus « an par an » qui font de lui un témoin exceptionnel du XXe siècle, acteur reconnu et fin observateur de tous les mondes sociaux et culturels qui l’ont constitué.
Après les rétrospectives de Toronto en 1973, Sète en 1974, Paris en 1976 et Montpellier en 1978 et 1995, cette saison-hommage dédiée à Jean Hugo en Occitanie en 2024, avec ses temps forts à Sète et Montpellier et aussi d’autres événements,- comme à Lunel, ville où il aura demeuré plus de cinquante ans -, espère marquer une nouvelle étape dans l’historiographie de cet artiste aussi grand qu'il était attachant.
Commissariat
Sous le commissariat général de Michel Hilaire, Directeur du Musée Fabre et de Florence Hudowicz, conservatrice en chef du patrimoine, responsable des arts graphiques et décoratifs au Musée Fabre, l’exposition « Jean Hugo. Entre ciel et terre » est placée sous le commissariat de Stéphane Tarroux, Directeur du Musée Paul Valéry, et d’Ingrid Junillon, conservatrice du patrimoine au Musée Paul Valéry. Catalogue Co-édité avec le musée Fabre de Montpellier aux Éditions Snoeck
En partenariat avec
Jean Hugo, Plantation d’une vigne, 1957. Huile sur contreplaqué. Musée des Beaux-Arts, Nîmes. © Florent Gardin
Musée Paul Valéry
148, rue François Desnoyer - 34200 - Sète
Tél. : (33) 04 99 04 76 16
www.museepaulvalery-sete.fr
Jours et horaires d’ouverture
Du mardi au dimanche de 10h à 18h.
(le musée est fermé le lundi).
Visites commentées le mercredi et le samedi à 15h (4 personnes minimum)

Karine Barrandon vous invite à son exposition, Double Album

Karine Barrandon vous invite à son exposition, Double Album

EN JUIN, AU MIAM, UNE NOUVELLE EXPOSITION : "BEAUBADUGLY, L'AUTRE HISTOIRE DE LA PEINTURE"

Au Musée International des Arts Modestes - Sète

Du 27 juin 2024 au 9 mars 2025

 

Avec : Giovanni Bragolin, André Brasilier, Bernard Buffet, RS Clemente, 

Lynette Cook, Leonor Fini, The Highwaymen, Margaret Keane, Thomas Kinkade, Robin Koni, Félix Labisse, JH Lynch, Charles Mc Phee, Louis Shabner, 

Stephen Pearson, Vera Pegrum, Bob Ross, Michel Thomas, Louis Toffoli,

 Vladimir Tretchikoff. 

 

Pierre Ardouvin, Josse Bailly, Hsia-Fei Chang, Nina Childress, Mathis Collins, 

Pablo Cots, Somaya Critchlow, John Currin , Gabriele Di Matteo, Bert Duponstoq, Cyril Duret, Richard Fauguet, Gérard Gasiorowski, Jef Geys, Piro Kao, 

Philippe Katerine, Pierre & Gilles, Ernest T, Ida Tursic et Wilfried Mille, Julia Wachtel, Janet Werner, Stéphane Zaech.

 
 

Le MIAM–Hervé Di Rosa poursuit son travail de défrichage des territoires de l’art trop souvent ignorés. 

 

Qui n’a pas regardé avec admiration ou tendresse l’image encadrée d’un enfant qui pleure, d’un Poulbot aux joues rouges ou d’un clown de Bernard Buffet ? Pour beaucoup, la peinture c’est ça. 
Qui sont ces peintres ayant eu un moment de gloire populaire avant de tomber dans l’oubli, ces artistes au succès jamais démenti, pourtant relégués dans l’ombre de l’histoire ?

 

BEAUBADUGLYL’autre histoire de la peinture montrera sans complexe les peintures originales de ces artistes à la marge de l’imaginaire et du goût commun, qui ont parfois vendu des reproductions de leurs œuvres par milliers en supermarché et dont les posters nous sont familiers. Pour beaucoup, ce sera une première exposition en France. Ce panorama de la peinture commerciale, médiatique et populaire, de Vladimir Tretchikoff à Bob Ross sera mis en scène par Hervé Di Rosa et Jean-Baptiste Carobolante et s’attardera sur les différentes trajectoires qu’a pris ce champ pictural au XXe siècle : de l’idéalisation du corps féminin au paysage touristique, en passant par la médiatisation des peintres et la naissance d’un nouveau public artistique populaire. À chaque fois, les peintures présentées seront autant une réminiscence pour le public qu’une découverte radicale.


Cette exposition est particulièrement importante pour Hervé Di Rosa, qui, en plus du commissariat global de l’exposition avec Jean-Baptiste Carobolante, a été à l’initiative de la publication de la première bourse de recherche du MIAM, financée en intégralité par la Fondation Antoine de Galbert et encadrée par l’INHA. Jean-Baptiste Carobolante, lauréat de cette bourse, a entrepris depuis 2021 une recherche sur la peinture marchande, dont BEAUBADUGLY – L’autre histoire de la peinture sera le premier événement, avant la publication à venir d’un ouvrage. 

 

Au premier étage du musée, Colette Barbier et Nina Childress — commissaires associées pour cette partie de l’exposition – nous offriront des réponses conceptuelles, ironiques, potaches, admiratives, décalées, d’artistes contemporains de générations et d’origines diverses. Les trois-cents « croûtes » peintes au couteau, du très conceptuel Gabriele Di Matteo, toutes pareilles mais toutes différentes, feront le lien entre le rez-de-chaussée et le premier étage, entre l’histoire et le présent. Tout particulièrement, l’exposition présentera de nombreuses variations autour de l’héritage de la figure parisienne du « Petit Poulbot ». Cette sélection d’ œuvres contemporaines permettra de montrer l’importance de la « peinture marchande » dans l’imaginaire artistique contemporain. Elle donnera à voir à quel point le monde marchand est devenu un champ de référence iconographique incontournable pour comprendre les racines de la création contemporaine.  

 

BEAUBADUGLY – L’autre histoire de la peinture sera accompagnée d’un catalogue et d’un ouvrage scientifique. Jean-Baptiste Carobolante a bénéficié, pour le projet de recherche englobant cette exposition, d’une bourse MIAM/INHA, financée par la Fondation Antoine  De Galbert. 

 

­
Télécharger ici 
les visuels 
Télécharger ici 
le dossier
­

Informations pratiques
Musée International des Arts Modestes
23 quai Maréchal de Lattre de Tassigny - 34200 Sète - France
Accueil : +33 (0)4 99 04 76 44
www.miam.org.

 

Heures d'ouvertures :

Ouvert tous les jours de 10h à 18h00, sauf le lundi 

Du 2 novembre au 31 mars : ouvert tous les jours sauf le lundi de 9h30 à 12h00 et de 14h à 18h00

Fermetures annuelles: 1er novembre, 25 décembre, 1er janvier et 1er mai

 

Tarifs : Adultes : 5,60 € - Etudiants, 10-18 ans : 2,60 €

Groupes de plus de 10 personnes : 3,60 € 

Moins de 10 ans, demandeurs d'emploi, groupes scolaires sétois, premier dimanche du mois : gratuit 

LA PETITE ÉPICERIE  (service pédagogique du MIAM) propose des ateliers de pratiques artistiques destinés à tous. Rens. inscriptions, tarifs : 04 99 04 76 46 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

­
Cliquez ici pour en savoir plus sur le MIAM

PIERRE-LUC POUJOL : ARBORESCENCES

Du samedi 23 mars au dimanche 26 mai 2024

Tous les jours

de 10:00 à 18:00

AFFICHE POUJOL 21X29,7.jpg

Du 23 mars au 26 mai 2024, le musée Paul Valéry présente l’exposition « Pierre-Luc Poujol. Arborescences », réunissant un ensemble de plus de 50 peintures et sculptures sur bois. Situé au cœur du travail de Pierre-Luc Poujol, l’arbre n’est jamais dépeint ni traité de manière univoque.

Il est au contraire investi par une puissance constante d’évolution formelle. Variant les techniques – dripping, résille, toile délavée -, Pierre-Luc Poujol accentue les effets de décomposition propres à un motif qui est depuis longtemps caractéristique de la modernité : indissociable à ses débuts du genre du paysage avec quelques autres éléments, l’arbre a été souvent démembré en fragments sous l’effet du goût pour la vitesse et le mouvement.

Mais, en raison des catastrophes naturelles entraînées par le changement climatique, le motif de l’arbre se charge aujourd’hui dans le travail de Pierre-Luc Poujol d’une dimension nouvelle, emblématique des menaces qui pèsent sur notre monde : de l’arbre aux couleurs triomphantes, situé entre abstraction et figuration, Pierre-Luc Poujol a évolué vers des formes de plus en plus déstructurées, utilise des fragments de végétaux au lieu de pinceaux et ajoute des matériaux naturels, tels que la cendre ou le bois brûlé. Il ne travaille plus sur la nature mais littéralement avec elle.

Il en résulte des œuvres singulières : d’une grande économie de moyens, elles font des arbres autant d’idéogrammes secrets, que leur beauté rend désirable jusque dans la menace même de leur disparition.

Musée Paul Valéry
158, François Desnoyer
34200
SETE

Pour l’amour du biòu : 500 visiteurs pour l’exposition au musée municipal

Le 30 mars dernier, les amoureux du Biòu étaient présents aux côtés de Michel Arrouy, maire de Frontignan la Peyrade, conseiller communautaire, Valérie Maillard, adjointe déléguée à la culture, au patrimoine et à l’égalité hommes/femmes, Michel Cassagne, président du club taurin Lou Senglié et de nombreux membres du conseil municipal et autres afeciouna, pour la réouverture du musée municipal et le vernissage de l’exposition Pour l’amour du biòu, quand passion et tradition s’expriment dans l’arène, qui honore les traditions équestres et taurines du Sud de la France, très prégnantes à Frontignan la Peyrade.

Depuis, plus de 500 visiteurs se sont déplacés pour découvrir l’exposition et profiter du parcours, pensé et mis en scène par Culture Urbaine Sans Frontière (CUSF), en partenariat avec la direction culture et patrimoine de Frontignan la Peyrade.

Agrémenté de nombreux documents, photos, etc., le parcours offre au visiteur un comparatif des milieux naturels camarguais et frontignanais (faune, flore, espèces, activité salinière), une sélection iconographique ou encore un « passage au sein d’une manade » avec notamment la revue d’un gardian, sa tenue, sa selle, son matériel… La visite se poursuit par une immersion dans une arène, avec vidéos de courses camarguaises, mur d’images… et se conclut par un focus sur les 40 ans des arènes et les 50 ans du club taurin Paul-Ricard – Lou Senglié ainsi que sur la carrière du cocardier Le Sanglier, mais aussi un diaporama, des ouvrages en consultation libre, affiches… qui retrace avec brio 40 années de courses camarguaises et autres jeux équestres et taurins dont le fameux toropiscine.

L’exposition est visible jusqu’au 2 novembre 2024, du mardi au samedi, de 10h à 12h et de 14h à 18h.

Rens. : 04 67 18 50 05 – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Entrée libre

Marie Plantier expose en duo avec Audray Chemin...

Marie Plantier expose en duo, avec Audray Chemin, à Frontignan.


Parce que Jean Ribera est artiste, être heureux quelque part, c'est pouvoir y créer.

Parce que Jean Ribera est artiste, être heureux quelque part, c'est pouvoir y créer.

Projection mise en œuvre dans l'atelier-galerie Atout Fer (le sulpteur a choisi l'acier comme matériau de prédilection) qu'il occupe depuis deux ans, 33 Grand Rue Mario Roustan : aussi est-il heureux à Sète.

Avant de jeter l'ancre à l’île singulière et avoir navigué d'un galerie à l'autre pour y exposer ses œuvres, Jean Ribera ouvrit la sienne à Grenoble: « un espace toujours prêt à accueillir d'autres artistes. »

Mettre le travail d'autrui en lumière, c'est ce qu'il compte faire dorénavant à Sète aussi. Jusqu'au 20 avril ( c'est à dire qu''il faut s'y précipiter !), Atout Fer héberge une exposition exceptionnelle ! Il s'agit de reproductions tirées à la main à partir de bois gravés d'estampes de Sharaku Tôshûsaï, artiste japonais virtuose qui produisit 149 œuvres entre 1794 et 1795.

Ces portraits de personnages en habits traditionnels témoignent d'un savoir faire absolument prodigieux jouant un rôle déterminant dans l'histoire de l'art. La très vive expression de ces visages dont les traits sont emblématiques de la culture japonaise coudoient avec bonheur les sculptures à la fois puissantes et gracieuses de Jean Ribera qui revendique parmi ses influences l'artiste Michel Rauscher.

L'atelier de l'artiste qui raconte sa vie avec de l'acier vaut toujours le détour , avec de surcroit cette très rare exposition organisée par Yama-Shima, il est incontournable ! A découvrir jusqu'au 20 avril 33 rue Mario Roustan !

Le 4 mai dans le cadre de la deuxième édition du festival de Photographies Itinérance la galerie Atout Fer proposera un apéro musical pour le vernissage de Caroline Géolle.

Du 23 mars au 26 mai 2024, le musée Paul Valéry présente l’exposition « Pierre-Luc Poujol - Arborescences »

Du 23 mars au 26 mai 2024, le musée Paul Valéry présente l’exposition « Pierre-Luc Poujol - Arborescences », réunissant un ensemble de plus de 50 peintures et sculptures sur bois. Situé au cœur du travail de Pierre-Luc Poujol, l’arbre n’est jamais dépeint ni traité de manière univoque. Il est au contraire investi par une puissance constante d’évolution formelle.

Arborescences réunit un ensemble de plus de 70 peintures et sculptures sur bois. Avec un unique et seul thème, l'arbre. Une exposition à parcourir comme une promenade dans les bois avec ses mystères et ses contemplations grâce à un accrochage qui court du sol au plafond. Une plongée dans l’arbre, sa matière, son écorce, sa symbolique naturelle…jusqu’au 26 mai au musée Paul Valéry (Sète).

Pierre Luc Poujol travaille depuis des années sur la thématique de l’arbre aussi bien dans sa figuration que l’utilisation des matériaux pour créer ses œuvres. Marqué par l’abstraction lyrique comme par l’action painting, l’artiste installé à Saint-Gély-du-Fesc (Hérault) depuis 2018 aime à varier les techniques (acrylique, charbon), les méthodes (dessin, dripping, installation, volume), les outils (branche, fragment végétal). 

« Pierre-Luc Poujol peut se faire explicitement engager contre le consumérisme et pour l’écologie : son empreinte n°568 figure un code-barres associé au chiffre de 42000000, qui correspond au nombre d’arbres coupés par jour dans le monde... Mais d’une manière générale, son art est allusif, et procède par capillarité poétique, symbolique. Il n’impose pas, il fait ressentir. On apprécie pour cela sa série “Arbographies”, avec ses empreintes de brindilles et branchettes bleues sur fond noir, notamment deux qui placées devant des négatoscopes, se scrutent comme des radiographies d’une fracture et d’un poumon. Il n’est plus là question d’analogie mais d’unicité du vivant »

« Dans la volonté de donner du sens, la direction de mes projections vont figurer un tronc, le feuillage, l’écorce… J’essaye d’organiser ma gestuelle et mon choix de couleurs en fonction de cette représentativité et sans la délivrer cash. Quand on regarde certaines de mes œuvres, à un mètre on est totalement dans l’abstraction et en prenant du recul, on voit un arbre, et encore un peu plus une forêt. Cette découverte s’opère en fonction de la distance avec le support. » Pierre-Luc Poujol 

Vernissage exposition Club 40

Vernissage exposition Club 40
Vendredi 19 avril, 18h
Salle Jean-Caude-Izzo de Frontignan
Exposition de peinture organisée par le club 40.
11 techniques, 21 peintres, une centaine d’œuvres.
Entrée libre.
Exposition visible tous les jours du 18 au 24 avril, de 10h à 12h et de 15h à 18h
Peut être une représentation artistique de 1 personne et texte qui dit ’Du 18 au 24 Avril 2024 Salle IZZO à Frontignan rue du député Lucien Salette EXPOSITION PEINTURE «Thème 2024:le Port» ልኮገዓረት 11 Techniques 21 Peintres une centaine d'oeuvres tous les jours de 10h à 12h et de 15 à 18h Vernissage le Vendredi 19 Avril à 18 Exposition organisée par le CLUB40 avec le soutien de la ville de Frontignan 計欣骨林团 CLUB 40 大 大場才 club.quarante@gmail.com Tel 34 45 99 60 Entrée libre et gratuite ERONTIGNAN FRONTIE FRONTIGNAN LA LAPEYRADE’

Virginie Fongaro expose à la Brasserie La Singulière, à Sète

Artiste peintre autodidacte, Virginie Fongaro définit sa peinture de "slam pictural à tendance Humoristic'onirique".

Ses inspirations proviennent principalement de la littérature, bande-dessinée et écriture surréaliste que l'on peut retrouver aussi dans ses titres.

Virginie nous précise :

"Mes tableaux sont le miroir d'un bouillonnement de cadavres exquis, de mots-valises en farandole, d'allitérations trébuchantes et autres inconnus joueurs de mots que j’expulse en image dans une mise en scène à l'univers psychédélique... Mes toiles aux couleurs vives, puisées dans l'acrylique, encre de chine et bombe aérosol, vibrent de fantaisie, avec moult détails, humour et dérision. Par ce prisme onirique, vos pupilles vont rouler dans leurs orbites et vos neurones vont partir en bagatelle ! A travers mes choix littéraires, mon engagement artistique et ma démarche passée auprès de personnes atteintes de troubles psychiques, c’est une certaine humanité qui est décrite et j’en parle avec des mots et des pinceaux pour avant tout pour libérer les collisions magmagnétiques, pour connecter les paradoxes et pour partager nos étincelles d'émotions originelles… "

Virginie Fongaro

Le musée Fabre et l’association Line Up proposent aux enfants un atelier d’initiation pour expérimenter les pratiques de street art et du graffiti

Samedi 13 avril
10 h - 12 h (enfants de 7 à 11 ans) et 14 h - 16 h (adolescents de 12 à 15 ans)
Musée Fabre
Hommage impressionniste. Le musée Fabre et l’association Line Up proposent aux enfants un atelier d’initiation pour expérimenter les pratiques de street art et du graffiti à partir du prêt exceptionnel du Musée d’Orsay : 𝘓𝘦 𝘍𝘪𝘧𝘳𝘦 de Manet. Découvrez les secrets de l’art urbain avec l’artiste Salamech.