Bon à savoir

Featured

Grippe aviaire : "Le risque pandémique est réel", affirme le virologue Bruno Lina après l'achat par l'UE de 665 000 doses d'un vaccin

Selon France InfoVirus, Mutation, Infection, Couronne

"Ce qu'il faut, c'est se préparer", déclare jeudi 13 juin sur France Inter Bruno Lina, professeur de virologie au CHU de Lyon, après que l'Union européenne a conclu un contrat lui permettant d'acheter, au nom des États membres, jusqu'à 665 000 doses d'un vaccin prévenant la transmission de la grippe aviaire à l'humain, alors que plusieurs cas ont été rapportés en Australie, au Mexique et aux États-Unis. Un marché assorti d'une option pour 40 millions de doses supplémentaires. "On est face à un risque. Ce risque pandémique, il n'est pas majeur, mais il est réel", souligne le membre du Comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires (Covars)....................

Aller plus loin : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/grippe-aviaire/grippe-aviaire-le-risque-pandemique-est-reel-affirme-le-virologue-bruno-lina-apres-l-achat-par-l-ue-de-665-000-doses-d-un-vaccin_6601614.html

<

INSCRIVEZ-VOUS AUX ACTIVITÉS SPORT ANIM’VACANCES

Les vacances scolaires d’été débutent le 8 juillet. IL est temps d’organiser les loisirs de vos enfants pour ces congés.
Sports collectifs, découvertes et initiation sportives, mini séjours, jeux de plage et sports nautiques, activités multisports … Avec des activités différentes chaque jour, le dispositif Sport Anim’Vacances est large et varié.
Pour connaître le programme des activités du mois de juillet :
Peut être un graphique de texte qui dit ’BALARUC LESBAINS LES BAINS SEPEYOOR OROT OPR sourced'ênergles source d'énergies SEP . RNEM A VACANCES ÉTÉ 2024’

A Sète, le Café Littéraire présente : "Gastronomie en Méditerranée"

A Sète, le Café Littéraire présente : "Gastronomie en Méditerranée" le 21 juin.

Featured

La Fête de la Musique 2024 à Sète

La Fête de la Musique 2024 à Sète

Vous êtes artiste en Occitanie ?

Ne manquez pas le rdv incontournable de la création contemporaine régionale.
Les inscriptions sont ouvertes pour la 7e édition des Journées des Ateliers d’Artistes, les 19 & 20 octobre.
Plasticiens, sculpteurs, peintres, dessinateurs, vidéastes, photographes, graffeurs... vous étiez près de 700 à faire découvrir votre univers en 2023.

Journée internationale du procès équitable, ce sera le 14 juin

Le Conseil des Barreaux européens (CCBE) a lancé, en partenariat avec plusieurs associations représentant la profession d’avocat, une nouvelle initiative annuelle qui sera célébrée chaque 14 juin.

Juridiction, Dame Justice, Justice

Un procès équitable pour tous les justiciables de tous les pays

Cette Journée internationale du procès équitable vise à attirer l’attention du public sur la situation difficile des personnes poursuivies pour lesquelles les principes relatifs à un procès équitable ne sont pas observés ou respectés.

Un hommage posthume

Chaque année, une conférence sera dédiée à un pays choisi en raison du niveau de préoccupation concernant le manque de respect du droit à un procès équitable. Le prix Ebru Timtik (avocate Turque décédée le 27 août 2020 au terme d’une grève de la faim de 238 jours) sera remis lors de cette journée afin de récompenser une personne ou une organisation ayant contribué à garantir le droit à un procès équitable dans le pays choisi.

Un site à visiter : www.dbfbruxelles.eu

Journée Mondiale des donneurs de sang, le 14 juin

Le monde a besoin de sang neufDon De Sang, Le Don De Sang, Du Sang

Grâce aux dons de sang anonymes et sécurisés de millions de personnes, des milliers de vies sont sauvées chaque jour. Mais la possibilité de recevoir une transfusion de sang varie énormément d'un pays à l'autre. Les besoins de 18 % de la population mondiale monopolisent 60 % de l'offre mondiale, ce qui laisse les 82 % restant sans couverture satisfaisante.

La Journée mondiale du don de sang est à la fois une journée de réflexion et l'occasion de remercier tous les donneurs de sang volontaires et réguliers dans le monde. Tout le monde ou presque peut aider à sauver des vies, soit en devenant un donneur régulier, soit en apportant une aide bénévole les jours de collecte du sang.

Comme l'affirme l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) : "La sécurité transfusionnelle est un besoin fondamental dans les systèmes de santé de tous les pays. Les 192 États Membres ont récemment convenu de célébrer officiellement chaque année la Journée mondiale du don de sang. On contribuera ainsi à sensibiliser les populations au besoin permanent d'avoir du sang sécurisé et des donneurs sûrs."

L'OMS et d'autres organisations ont préconisé des stratégies claires pour développer l'accès universel à la sécurité transfusionnelle. Celles-ci reposent sur la promotion du don de sang régulier, volontaire et non rémunéré et sur la coordination nationale des services de transfusion sanguine.

Des dons volontaires, non rémunérés et sécurisés

Des progrés ont été enregistrés sur la question de la sécurité. Pourtant, il reste encore bien des efforts à accomplir à l'échelle mondiale. Jusqu'à présent, seuls 40 pays ont mis en place un système basé exclusivement sur le don de sang volontaire. Malgré certaines améliorations récentes dans ce domaine important, moins de 30 % des pays ont un service de transfusion coordonné au niveau national. Trop de pays, y compris parmi les pays émergents, continuent de dépendre des dons de compensation (c'est-à-dire des dons faits par la famille du malade) ou des dons rémunérés.

Le sang contaminé par le VIH continue d'être à l'origine d'environ 5 % des infections à VIH en Afrique. Alors que dans de nombreux pays, on pratique de plus en plus de tests pour sécuriser le sang, la plupart des pays en développement ne recherchent ni le VIH, ni l'hépatite B ou C. Chaque année, six millions de recherches d'infections qui auraient dû être pratiquées ne sont pas effectuées.

La Journée mondiale du don de sang rend hommage à tous ceux qui ont permis directement de sauver ou d'améliorer la vie de millions de patients en donnant régulièrement et volontairement leur sang. C'est aussi une demande pressante faite à tous les pays du monde pour qu'ils valorisent les donneurs sûrs et ne ménagent aucun effort pour garantir la sécurité transfusionnelle et ainsi sauvegarder la vie des patients.

Quatre organisations internationales travaillant à promouvoir les dons de sang volontaires et non rémunérés pour assurer la sécurité transfusionnelle, parrainent la Journée mondiale du don de sang : l'Organisation mondiale de la Santé, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, la Fédération internationale des organisations de donneurs de sang et la Société internationale de transfusion sanguine. Cette année, les principaux événements sont organisés par le service national de transfusion d'Angleterre et du pays de Galles.

Vous souhaitez donner votre sang ?

Contactez directement l'établissement français du sang pour connaître le centre le plus proche de chez vous.

Un site à visiter : dondesang.efs.sante.fr

Gard : une voiture fonce sur la terrasse d'un bar, un homme grièvement blessé

Selon Orange.frJustice, Statue, Dame Justice

Après avoir foncé au volant de sa voiture sur la terrasse d'un bar à Fons (Gard), un homme a été interpellé mardi 11 juin. La victime a été grièvement blessée.

Un fait divers au conséquence dramatique. L’incident s’est produit mardi 11 juin en fin de soirée à Fons, près de Nîmes, dans le département du Gard, en Occitanie. Vers 23 heures, le conducteur ivre d’un véhicule aurait foncé en direction de la terrasse d’un café, le bar de l'Avenir situé dans le cœur du village. Un homme était installé dehors. Selon les informations de Midi-Libre, mercredi, le conducteur est soupçonné par les gendarmes d'avoir commis cet acte délibérément. Il n’aurait pas touché la personne qu’il visait initialement, mais il a donc percuté ce client du bar en terrasse, un habitant de la commune située près de Nîmes...............

Aller plus loin : https://pixabay.com/fr/illustrations/vote-bulletin-de-vote-bo%C3%AEte-papier-3569999/

Featured

Elections législatives 2024 : les abstentionnistes des européennes partagés entre indifférence et volonté d'opposition

Selon France Info

Vote, Bulletin De Vote, Boîte, Papier

Franceinfo a recueilli les paroles de personnes qui n'ont pas voté aux élections européennes, le 9 juin, afin de savoir si elles comptent se rendre aux urnes lors des législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet. 

Près d'un électeur sur deux ne s'est pas déplacé pour les élections européennes du dimanche 9 juin. Si le niveau de l'abstention – qui s'est établi à 48,51% – peut sembler élevé, c'est en réalité le plus bas depuis 1994 pour ce scrutin. Alors que les résultats sont marqués en France par un score historique du Rassemblement national (31,4% des voix), des abstentionnistes ont répondu à un appel à témoignages lancé par franceinfo. Six d'entre eux nous expliquent les raisons de leur choix et se projettent sur les élections législatives anticipées, le 30 juin et le 7 juillet, annoncées par Emmanuel Macron à la surprise générale après la dissolution de l'Assemblée nationale. Vont-ils également déserter l'isoloir, ou prévoient-ils, au contraire, de revenir aux urnes ?  

Nicolas, 23 ans : "Je ne suis pas certain que grand-chose change d'ici aux législatives"

Le 9 juin, "je ne suis pas allé voter, car je ne me retrouve pas dans les principaux partis, comme LFI ou le RN", explique Nicolas, qui réside en Ile-de-France et travaille dans le transport fluvial. "Ceux qui font le moins de bruit, je vais être honnête, je n'ai aucune idée de ce qu'ils proposent", glisse celui qui affirme "ne pas être énormément calé en politique". ...........

Poursuivre : https://www.francetvinfo.fr/elections/legislatives/temoignages-elections-legislatives-2024-les-abstentionnistes-des-europeennes-partages-entre-indifference-et-volonte-d-opposition_6597807.html

L’employeur ne peut pas exclure d’une formation un salarié en retard et effectuer une retenue sur salaire

Un salarié ne peut pas subir une retenue de salaire sous prétexte que celui-ci est arrivé en retard à une formation. C'est ce que la Cour de cassation indique dans un arrêt rendu le 20 mars 2024.

Une société interdit l’accès à une formation aux salariés arrivés avec 10 minutes de retard ou n’ayant pas une documentation complète et mise à jour. Les salariés concernés subissent une retenue sur salaire. Des syndicats contestent cette pratique devant le juge.

La cour d’appel condamne la société. En effet, celle-ci ne prouve pas l'impossibilité de suivre la formation concernée avec un retard de 10 minutes ou en l'absence de possession de documentation à jour. Ainsi, la retenue sur salaire constituait une sanction pécuniaire prohibée. La société se pourvoit en cassation.

La Cour de cassation confirme la décision d’appel. Pour elle, les obligations d’avoir une documentation à jour ou de ne pas arriver avec plus de 10 minutes de retard pour suivre la formation ne sont pas justifiées par un objectif légitime. La retenue sur salaire constituait donc une sanction pécuniaire interdite.

ETI, grandes entreprises : les aides pour faire face à la hausse des prix de l’énergie

Vous êtes une ETI ou une grande entreprise ? Vous pouvez bénéficier d’aides pour faire face à vos dépenses de gaz et d’électricité. Retrouvez toutes les informations pratiques pour le paiement de vos factures d’énergie.

Le guichet d’aide au paiement des factures d’électricité et de gaz 

Qu’est-ce que le guichet d’aide au paiement des factures de gaz et d’électricité ?

Cette aide financière est destinée à compenser l'augmentation des coûts d'approvisionnement en électricité. Elle prend la forme d’une subvention.

Créé en 2022, le guichet d’aide au paiement des factures d’électricité et de gaz est prolongé en 2024, pour la période du 1er janvier au 31 décembre (décret n° 2024-251 du 22 mars 2024).

En 2024, il cible les consommateurs professionnels qui relèvent de la catégorie des entreprises de taille intermédiaire (ETI) et qui ne sont pas éligibles à l’amortisseur électricité.

Quels sont les critères pour pouvoir en bénéficier ?

Bénéficier du guichet d’aide au paiement des factures d’électricité et de gaz pour 2023

Pour bénéficier de cette subvention au titre de l’année 2023, vous devez répondre aux conditions suivantes :

  • le prix de l’énergie pendant la période de demande d’aide doit avoir augmenté de 50 % par rapport au prix moyen payé en 2021,
  • vos dépenses d’énergie pendant la période de demande d’aide doivent représenter plus de 3 % de votre chiffre d’affaires de 2021.

Notez que, pour les entreprises qui présentent des dépenses d’énergie plus importantes, et sous certaines conditions, une aide renforcée peut être mobilisée pour un montant maximal de 50 millions d’euros, et jusqu’à 150 millions d’euros pour les secteurs exposés à un risque de fuite de carbone.

Bénéficier du guichet d’aide au paiement des factures d’électricité pour 2024

En 2024, votre entreprise doit remplir différents critères :

  • être domiciliée fiscalement en France,
  • ne pas se trouver en procédure de sauvegarde, redressement judiciaire ou liquidation judiciaire à la date de versement de l’aide,
  • être créée avant le 30 juin 2023,
  • disposer d'au moins un contrat de fourniture d'électricité en vigueur en 2024 signé ou renouvelé avant le 30 juin 2023,
  • être énergo-intensise, c’est-à-dire avoir des dépenses d’énergie en 2024 représentant plus de 3 % du chiffre d’affaires de l’une des périodes de référence définies par l’article 2 du décret n° 2024-251 du 22 mars 2024,
  • justifier d’un excédent brut d’exploitation négatif ou en diminution par rapport à cette même période de référence.

Quels sont les montants de cette aide ? 

Les montants pour 2023

L’aide accordée pour 2023 comprend plusieurs volets, plafonnés respectivement à quatre, 50 et 150 millions d’euros, selon les spécificités de votre entreprise :

  • pour les aides allant jusqu’à 4 millions d’euros, le montant d’aide correspond pour cette tranche à 50 % de l‘écart entre la facture 2021 majorée de 50 % et la facture 2022, dans la limite de 70 % de la consommation 2021,
  • pour les aides allant jusqu’à 50 millions d’euros, le montant correspond à 65 % du différentiel entre la facture 2021 majorée de 50 % et la facture 2022, dans la limite de 70 % de la consommation 2021,
  • pour les aides allant jusqu’à 150 millions d’euros, le montant correspond à 80 % du différentiel entre la facture 2021 majorée de 50 % et la facture 2022, dans la limite de 70 % de la consommation 2021.

Les montants pour 2024

En 2024, l’État prend en charge 50 % de la facture d’électricité au-delà de 300 €/MWh, dans la limite du plafond d’aide de 2,250 millions d’euros au niveau du groupe et des autres plafonds d’aide s’appliquant au guichet.

Quelles démarches effectuer pour en bénéficier ?

Au titre de 2023

Pour les régularisations des dépenses des énergies au titre des mois de janvier à décembre 2023, la demande est à déposer entre le 18 septembre 2023 et le 30 juin 2024.

Au titre de 2024

Pour bénéficier de cette aide, une demande d'octroi sous forme de déclaration sur l’honneur était à déposer au plus tard le 31 mai 2024.

Si vous respectez les conditions fixées, vous recevrez de la part de la direction générale des Finances publiques (DGFiP) une notification le 30 juin 2024 au plus tard de votre droit à bénéficier de cette aide.

Si vous êtes éligible à ce dispositif et avez reçu la notification mentionnée ci-dessus, vous pouvez réaliser une demande de versement de l'aide par voie dématérialisée sur le site impots.gouv.fr selon le calendrier suivant :

  • au titre des mois de janvier, février et mars 2024, la demande est à déposer entre le 15 avril 2024 et le 31 juillet 2024,
  • au titre des mois d'avril, mai et juin 2024, la demande est à déposer entre le 15 juillet 2024 et le 31 octobre 2024,
  • au titre des mois de juillet, août et septembre 2024, la demande est à déposer entre le 15 octobre 2024 et le 31 janvier 2025,
  • au titre des mois d'octobre, novembre et décembre 2024, la demande est à déposer entre le 15 janvier 2025 et le 30 avril 2025.

Par ailleurs, pour les régularisations des dépenses d'électricité au titre des mois de janvier à décembre 2024, la demande est à déposer entre le 15 janvier 2025 et le 30 septembre 2025.

Quelles sont les pièces à joindre à votre dossier ?

Pour demander cette aide, vous devez remplir un dossier simplifié comprenant notamment :

  • toutes vos factures d’énergie pour la période éligible concernée,
  • les coordonnées bancaires de votre entreprise (RIB),
  • le fichier de calcul de l’aide mis à votre disposition sur le site des impôts,
  • une déclaration sur l'honneur attestant que votre entreprise remplit les conditions et l'exactitude des informations déclarées.

Guichet gaz et électricité : des dispositifs d’accompagnement sur les aides aux entreprises

Le site impots.gouv.fr propose un ensemble de services (foire aux questions, simulateur de calcul des aides, pas à pas, modèles de documents…) pour vous informer sur le dispositif et trouver des renseignements précis en fonction de votre situation.
Par ailleurs, trois niveaux d’accompagnement complémentaires sont proposés : 

  • un numéro de téléphone est mis à votre disposition afin de répondre à vos questions d’ordre général sur le dispositif d'aide Gaz Électricité ou relatives aux modalités pratiques de dépôt d'une demande d'aide: 0806 000 245 (service gratuit + prix de l’appel),
  • un point de contact est disponible au sein de chaque département : votre conseiller départemental aux entreprises en difficulté [PDF - 760 Ko],
  • pour des questions plus spécifiques à la situation de votre entreprise, vous avez la possibilité de contacter les services instructeurs de la DGFiP via la messagerie sécurisée de votre espace professionnel en sélectionnant « je pose une autre question / j’ai une autre demande ». Ce message devra débuter par « Aide Gaz Électricité » pour en permettre un traitement rapide.

Cautionnement des contrats de fourniture d’énergie

De quoi s’agit-il ?

Un fonds de garantie publique est mis en place depuis le 1er mars 2023. Si votre entreprise est fortement consommatrice de gaz ou d’électricité, ce fonds vous permet de demander à des banques, des entreprises d’assurance ou des sociétés de financement de bénéficier de cautionnements partiellement garantis par l’État pour votre contrat de fourniture d’énergie.

Ce cautionnement intervient en remplacement des collatéraux demandés par les fournisseurs d’énergie lors de la signature ou du renouvellement de contrats de fourniture d’électricité et de gaz.

Les entreprises bénéficiant de ce cautionnement garanti par le fonds public ne pourront plus faire l’objet de demande de collatéral complémentaire par leur fournisseur d’électricité ou de gaz.

Quels sont les critères d'éligibilité ?

Aucune condition sur la taille de votre entreprise ou son chiffre d’affaires n’est prévue pour accéder au dispositif.

Pour être éligible, votre entreprise doit bénéficier d’une garantie remplissant les conditions suivantes :

  • elle doit être souscrite à la demande d’un fournisseur dans le cadre d’un contrat de fourniture d’électricité ou de gaz conclu après le 31 août 2022 et dont le terme peut être ultérieur à 2023, mais ne devant pas excéder le 31 décembre 2024. Elle doit nécessairement porter en tout ou partie sur l’année 2023,
  • elle doit être limitée à un montant inférieur ou égal aux sommes dues au titre de trois mois de fourniture de gaz ou d’électricité, définies par le contrat de fourniture de gaz ou d’électricité,
  • elle doit être souscrite auprès d’une banque, d’un assureur ou d’une société de financement ayant signé une convention de mise en œuvre avec la Caisse centrale de réassurance, en charge du déploiement de ce dispositif pour le compte de l’État,
  • votre entreprise doit être immatriculée en France,
  • votre contrat d’énergie doit représenter un volume supérieur à 1 GWh par an pour l’électricité ou 2 GWh par an pour le gaz.

Comment pouvez-vous l’obtenir ?

Pour bénéficier de cette aide votre entreprise doit solliciter une banque, une société de financement ou une entreprise d’assurance ayant signé une convention avec le fonds de garantie, géré par la Caisse centrale de réassurance (CCR) pour le compte de l’État.

Consultez la FAQ sur le fonds de garantie pour les contrats d’électricité et de gaz [PDF - 948 Ko]

Législatives anticipées : en désaccord avec Éric Zemmour, Marion Maréchal exclue de Reconquête

Selon Orange.frEntreprise, Débat, Argumentant

Mercredi 12 juin, Marion Maréchal a fait une déclaration et publié un communiqué où elle appelle à "soutenir partout en France les candidats uniques de la coalition des droites" des partis LR, RN et des candidats "indépendants". Elle a également dénoncé "la triple faute" d’Éric Zemmour. Celui-ci a annoncé son exclusion de Reconquête dans la soirée.

À chaque jour ses rebondissements politiques depuis l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale dimanche 9 juin. Devant l’Assemblée nationale mercredi 12 juin, Marion Maréchal a fait une déclaration à l'occasion de laquelle elle a fustigé Éric Zemmour, chef de son parti Reconquête, et a appelé à une union des droites, en vue des élections législatives anticipées qui auront lieu les 30 juin et 7 juillet prochains.

Depuis la dissolution de l’Assemblée nationale, "j’ai tout tenté (…) pour permettre au 1,4 million d’électeurs de Reconquête d’être représentés dans la nouvelle coalition des droites qui associe de nombreux candidats RN, LR et indépendants", a expliqué Marion Maréchal face à la presse................

Aller plus loin : https://actu.orange.fr/politique/legislatives-anticipees-en-desaccord-avec-eric-zemmour-marion-marechal-exclue-de-reconquete-magic-CNT000002e8PNk.html

Conférence de presse d'Emmanuel Macron : un président de la République a-t-il le droit de faire campagne pour son parti ?

Selon France Info :Droit, Liberté, Échelle, Poids

Le chef de l'Etat a longuement répondu aux questions des journalistes mercredi. Une "ambiguïté culturelle" malgré les règles qui définissent ces prises de parole présidentielles.

En annonçant la dissolution de l'Assemblée nationale, dimanche 9 juin, Emmanuel Macron a immédiatement déclenché la campagne des législatives. D'ici au premier tour, fixé le 30 juin, le chef de l'Etat n'a pas vraiment décidé de faire profil bas durant une courte mais intense campagne. Déjà très impliqué durant la campagne des européennes, le chef de l'Etat a participé mercredi 12 juin à une conférence de presse à Paris pour défendre ses choix politiques et conjurer "l'esprit de défaite" qui gagnerait les rangs du camp présidentiel avant le scrutin.

Le chef de l'Etat peut-il cependant s'impliquer autant dans une campagne pour des législatives anticipées ? "Le droit électoral n'interdit pas au président de la République ni aux ministres de faire campagne, à condition qu'il n'y ait pas de confusion entre leur fonction politique et leur activité de campagne", précise Romain Rambaud, professeur de droit public à l'université Grenoble Alpes. Il y a pourtant des limites à cet investissement dans la campagne des législatives, dans deux domaines : les moyens utilisés pour faire campagne et les interventions médiatiques. 

Des dépenses très encadrées........

Aller plus loin : https://www.francetvinfo.fr/elections/conference-de-presse-d-emmanuel-macron-un-president-de-la-republique-a-t-il-le-droit-de-faire-campagne-pour-son-parti_6599835.html